[TOP 15 DE LA RÉDACTION] «ANNETTE», PALME DU CHAOS 2021

0
1159

Annette de Leos Carax décroche la Palme du Chaos 2021, succédant à Nymphomaniac 1 & 2 (Palme du chaos en 2014); Mad Max: Fury Road (en 2015); Elle (en 2016); Twin Peaks: The Return (en 2017); Hérédité (en 2018); Midsommar (en 2019) et l’année 2020 (en 2020).

L’HEURE DU BILAN / PAR GAUTIER ROOS
C’était l’année des lamentations: à la cafet’ du coin ou avec les collègues, vous avez passé comme nous les douze derniers mois à déplorer le niveau général des hectolitres de nouveaux films qui ont envahi nos écrans, que ce soit sur le plasma du salon ou dans votre salle de quartier. Ce n’est pas vraiment que le niveau des films en question était nul. Disons plutôt qu’ils baignaient dans un formol moyen, un bain médian qui n’est pas vraiment compatible avec les excès (et son indéboulonnable corollaire: la mauvaise foi) cinéphiles. «Ouais, ça c’est pas mal ce truc… mais ça m’a pas marqué quoi» résonnait comme le tube bien tiédasse de cette première année «post Covid» (les guillemets sont évidemment de rigueur). Et pourtant… Et pourtant, alors que sonne l’heure de boucler les bilans, on se dit qu’on a quand même dû sacrifier une quantité substantielle de choses intéressantes pour tout faire tenir dans notre étriqué top 15.

Citons une palanquée de films qui ont divisé la critique comme la rédac, mais qui ont (visiblement) eu le mérite de marquer l’année ciné de bien des confrères: Drive my Car (qui avait vu le soufflé curieusement retomber après son triomphe cannois), le bizarroïde Benedetta, le brinquebalant Le Genou d’Ahed, Mourir peut attendre, Dune, Madres Paralelas, L’Événement, Compartiment n°6, Julie en 12 chapitres, Old, La Fièvre de Petrov, Les Amours d’Anaïs, Bergman Island, Petite Maman, La Nuée, The Father, Nomadland, The Velvet Underground, La jeune fille et l’araignée, Cry Macho… À chacun son top – oui on sait, on dit un peu ça chaque année – mais on sent bien que cette fois à deux-trois exceptions près, il n’existe aucun consensus sur les films marquants de ce cru 2021. Ce qui relève finalement le goût général de l’ensemble (une très bonne chose en somme).

La boulimique offre cannoise avait en juillet dernier suscité bien des critiques, y compris chez nous: force est de reconnaître aujourd’hui qu’une partie des films essentiels de l’année était pourtant là, sous nos yeux replets, yeux par ailleurs bien fatigués (rien qu’essayer de suivre tout ce qui se passait en Sélection officielle relevait déjà d’une endurance digne d’un Stakhanov). On s’amusera à noter cette année le besoin de redécouvrir les films à leur sortie: on a un peu vite oublié que France de Bruno Dumont a été littéralement massacré par le public cannois – nos copains dégoûtés avaient alors rebaptisé le film Rance – avant de gagner bien des tops de fin d’année, ou que Memoria avait à l’époque complètement divisé les festivaliers, négociant comme ils le pouvaient cette séance post-déjeuner avec les bulles de champagne circulant quelque part dans leur organisme carbonisé… Trop rapide, trop abstrait, trop excessif, The French Dispatch de Wes Anderson était, lui, totalement passé à la trappe, avant de rencontrer (pas chez tout le monde, certes) quelques honneurs posthumes.

Le chemin inverse s’est d’ailleurs aussi observé: Titane a d’abord embarqué tout le monde avec lui, avant que l’attribution (so bordélique) de la Palme ne vienne attiser le fiel de celles et ceux qui l’ont découvert après la bourde de Spike Lee. Et on pourrait comme ça décliner les exemples de films qui ont d’abord déstabilisé (viens par ici Leos) avant de s’inscrire, chemin faisant, dans le panthéon ciné 5 étoiles de l’année. Cet appel à la deuxième lecture, à la seconde noce après un premier mariage foireux, voyons-y la plus élégante des réponses à l’ère du flux hégémonique et du tout-puissant robinet à images qui voudrait faire du film un contenu comme un autre. Comme nous le rappelait récemment Bertrand Bonello: «Memoria a su trouver son public en salle parce que Memoria, c’est un film irregardable sur ordinateur…»

L’autre évidence de cette panoplie 2021 aura été le caractère malpoli de certains films Orangina Rouge ayant des vérités peu reluisantes à cracher au visage de l’époque: le déjà cité France, Oranges sanguines, Bad Luck Banging or Loony Porn, ou dans un style plus Netflix-soluble – ce qui donne une curieuse saveur à la chose – le Don’t Look Up d’Adam McKay, qui brasse 1 000 autres choses que l’attendue fable écolo. Ministres le nez rivé sur le smartphone, présentateurs télé décérébrés malgré (ou plutôt avec le tampon approbateur) de leur grandes écoles, contestataires qui passent leur week-end au mall, branleurs d’open-space ayant pour unique don de se faire mousser, donneurs de leçons outrepassant la loi, parents d’élèves plus bigots encore que les curés qui enquiquinaient nos défunts grands-pères: ce bon vieux Covid aura au moins eu le mérite de donner du peps à quelques lanceurs d’alerte énervés. Notre époque qu’on dit woke, pour emprunter le terme qui obsède le pouvoir et les journalistes qui pensent encore lui opposer un quelconque contre-quelque chose, sera-t-elle en mesure de se réveiller? G.R.

TOP 15 DE LA REDACTION


1. Annette de Leos Carax (71 points) 🏆


2. Memoria de Apichatpong Weerasethakul (57 pts)


3. First cow de Kelly Reichardt (52 pts)


4. Onoda, 10 000 nuits dans la jungle de Arthur Harari (46 pts)


5. The Card Counter de Paul Schrader (43 pts)


6. The French Dispatch de Wes Anderson (39 pts)


7. ex æquo France de Bruno Dumont / Oranges Sanguines de Jean-Christophe Meurisse (31 pts)


9. Titane de Julia Ducournau (29 pts)


10. Serre-moi fort de Mathieu Amalric (26 pts)


11. Come true de Anthony Scott Burns (23 pts)


12. Playdurizm de Gem Deger (22 pts)


13. West side story de Steven Spielberg (20 pts)


14. ex æquo Le dernier duel de Ridley Scott / Les Démons de Dorothy de Alexis Langlois (16 pts)

Le top de Morgan Bizet
Le top de Guillaume Cammarata
Le top de Gérard Delorme
Le top de Romain Le Vern
Le top de Jérémie Marchetti
Le top de Sina Regnault
Le top de Gautier Roos

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici