Journaliste au service culture de France Info, Matteu Maestracci donne 10 morceaux pour passer le plus bel été déconfiné.


Anderson .Paak featuring Schoolboy Q – Am I wrong?
Parce que c’est bientôt l’été, la plage, les apéros, et tout ça, et que Malibu reste un des meilleurs albums de 2016 et de ces cinq dernières années en général, donc on fête tout ça avec ce son funky à souhait et cette overdose de cuivres.


The Gap Band – Outstanding
Comment imaginer passer un été, une soirée, ou n’importe quel moment un peu festif sans Charlie Wilson et ses coquins du Gap Band? Tellement de tubes (le chef d’oeuvre Early in the morning en tête) tellement de morceaux samplés allègrement par le rap, dont celui-ci qui a notamment servi de base à Da Brat, Ashanti, Ice Cube, Redman ou encore Tatyana Ali.


Dolly Parton – Jolene
En plus d’être une icône absolue de la country et un sujet de conversation beauf pour amateurs de silhouettes plantureuses, Dolly Rebecca Parton est une entertaineuse de folie et une meuf bien. Et nul ne devrait ignorer qu’en 1974 elle signera deux de ses plus grands classiques, I will always love you qui sera bien sûr transformé en tube planétaire par Whitney Houston, et ce Jolene qui est un morceau à la fois paradoxalement très entrainant et très triste.


Diana King – Shy Guy
Parce que la période estivale et son insouciance nous transporte forcément à l’adolescence, quand nous étions libres et ne craignions rien, passant nos vies à la plage, à manger des glaces, boire des Ice Tea en rendant fous nos parents. A l’époque j’étais au lycée, j’avais 15 ans, on écoutait de la variété mélangée à du rap plus commercial, kiffait sur Bad Boys de Michael Bay, et sa BO culte, dont ce morceau qui fonctionne toujours un peu signé de la jamaïcaine Diana King, qui nous aura aussi offert entre autres le couplet de Respect sur le premier album de Notorious B.I.G.


Poni Hoax – Antibodies
Comme on est dans les tubes et les machins qui font danser, on peut en profiter aussi pour rendre hommage à Nicolas Ker, disparu il y a quelques jours, avec cette folie signée Poni Hoax en 2008, sur l’album Images of Sigrid.


Piers Faccini – Foghorn Calling
Chanteur folk anglais très respectable depuis son premier album en 2004, installé en France et plus précisément dans les Cévennes depuis 2007, Piers Faccini a sorti son meilleur disque depuis longtemps récemment, Shapes of the Fall, et cette chanson en un l’un des meilleurs extraits, en partie jouée au guembri, instrument de musique à cordes pincées des Gnaouas.


Pa Salieu featuring Slowthai – Glidin’
Bien souvent, quand il ne se passe pas grand-chose du coté de l’Oncle Sam en hip-hop, nos amis britanniques viennent à la rescousse, spécialisés qu’ils sont dans les sons bien noisy et sales depuis des années. Dans la lignée de ses tubes avec Skepta et compagnie, Slowthai collabore ici avec le Gambien d’origine Pa Salieu, avec un titre qui devrait ambiancer une bonne partie de votre été.


The Revolutionaries – Kunta Kinte Dub
Remis au goût du jour par la magnifique mini-série Small Axe de Steve McQueen, ce dub datant de 1976 n’appelle presque aucun commentaire, il suffit de l’écouter.


Booba featuring JSX – Mona Lisa
Je n’ai pas été transporté, c’est peu de le dire, par le dernier album de Booba, qui ne revient au “vrai” rap que sur trois morceaux seulement, mais je reste scotché par Mona Lisa, qui malgré l’autotune et les facilités, reste un tube quasiment parfait, et la fluidité/complémentarité entre les deux rappeurs fonctionne à merveille.


Andrea Lazlo De Simone – Vivo
Et pour terminer sur une note à la fois superbe et apaisante, rien de mieux que cette folie signée du surdoué turinois de 35 ans, et ce Vivo qui semble avoir été enregistré pendant l’âge d’or de la pop italienne des années 60-70.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici