Francis Ford Coppola relance le projet “Megalopolis”

0
271

C’est la question cinéphilique que tout cinéphile se pose: Francis Ford Coppola va-t-il (enfin) réaliser son Megalopolis, ce projet dont il nous parle depuis des décennies avec, à chaque fois, de nouvelles promesses de casting?

C’est un projet pharaonique qu’il a en tête depuis plusieurs décennies et qu’il contemple, obsessionnellement, comme une chimère: Megalopolis, un film sur l’utopie et sur ce qu’est vraiment le paradis sur Terre, que Coppola a toujours défini comme «plus ambitieux qu’Apocalypse Now». De ce film de rêve, on n’en connait que les concept art (cf. photo de l’article), la réputation d’un projet maudit et des news à répétition depuis… Depuis quand au fait? L’histoire commence à être connue: le cinéaste, qui n’a rien tourné depuis Twixt (2012), a longtemps trainé le scénario de ce Megalopolis, qu’il a abandonné à la suite des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, avant de le reprendre. Mais ledit projet coûte cher. Coppola le décrit comme un film «à l’échelle des Marvel» en termes de production. Eh bien, sachez selon les très informés de chez Deadline, que Coppola n’a finalement pas renoncé à ce projet et qu’il compte même investir une grande partie de sa fortune personnelle dans le budget, estimé entre 100 et 120 millions de dollars. Une somme conséquente pour mettre en images cette histoire d’architecte qui essaie de bâtir une vision utopique de New York, détruite par un cataclysme, reconstruite et rebaptisée “Cityworld”.

Selon Coppola, cité par Deadline, «c’est un péplum, dans le style traditionnel de Cecil B. DeMille ou Ben-Hur, mais situé de nos jours et se situant en Amérique. C’est basé sur la conjuration de Catilina qui vient de la Rome antique. Soit un duel fameux entre un patricien, rôle qui sera tenu par Oscar Isaac, et le fameux Cicéron, qui sera joué par Forest Whitaker. Il sera le maire acculé de New York, en pleine crise financière. Son personnage sera inspiré de David Dinkins, qui était maire de la Grosse Pomme au début des années 1990. L’histoire ne se déroule pas à une époque précise, c’est une vision du New York moderne, que j’appelle New Rome». Coppola veut alors poser la question «de savoir ce qu’on veut faire du monde de demain» et force est de constater que la résonance est grande et contemporaine.

Aux dernières nouvelles (mais il en donne tous les trois ans sur ce projet avec à chaque fois un nouveau casting), le réal a approché Oscar Isaac pour tenir le premier rôle, ainsi que d’autres stars comme Forest Whitaker, Cate Blanchett, Jon Voight, Zendaya, Michelle Pfeiffer ou Jessica Lange. James Caan, qui incarnait Sonny Corleone dans Le Parrain serait déjà tombé d’accord avec le metteur en scène pour jouer dans le film. Mais, comme pour toutes les grandes arlésiennes de l’histoire du cinéma, prenons nos habituelles pincettes. Rappelons qu’il y a deux ans, Claire Danes, Edie Falco, James Gandolfini, Kevin Spacey, Meryl Streep, Nicolas Cage, Parker Posey, Paul Newman, Robert De Niro, Russell Crowe ou encore Warren Beatty étaient prétendument rattachés au projet. Coppola souhaiterait le tourner à l’automne 2022 mais il espère, sans doute, qu’entretemps, cet énième coup de projecteur offert par Deadline et relayé par toute la presse cinéma (nous y compris), incitera les studios (et les messies) à venir à son aide.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici