On ne dirait pas comme ça, mais il y a bien cinq films chaos qui valent le coup d’œil sur la célèbre plate-forme et qui sont un peu passés sous le radar en 2018. Profitons de 2019 pour les réhabiliter.

PAR GUILLAUME CAMMARATA

Cam – Daniel Goldhaber
Faisant preuve d’un réel savoir-faire et instaurant une ambiance paranoïaque façon Polanski 2.0 . Daniel Goldhaber signe avec Cam une des bonnes surprises «Netflix original» de fin 2018. La chaos girl Madeline Brewer vue dans The Handmaid’s Tales se lâche complètement dans ce cyber thriller aussi rigolo que tordu. On en ressort avec l’impression d’avoir assister à une fusion entre le tube Libertine de Myléne Farmer et un épisode de Black Mirror. Si vous avez aimé récemment le sympathique Assassination Nation vous serez aux anges.

Aucun homme ni Dieu – Jeremy Saulnier
Jeremy Saulnier ne s’est pas assagi en passant par la case vod. Mieux, il signe ici son film le plus sombre, le plus désespéré, le plus abstrait. Prenant un malin plaisir à ne répondre que par des murmures aux mystères qui planent dans ces montagnes enneigées d’Alaska. Continuant à sonder l’âme définitivement pourrie de l’être humain, il nous embarque pendant deux heures dans une enquête façon polar nordique où se mêlent croyances ancestrales et vengeance hallucinée, agrémentée d’un soupçon d’odeur de sang et de consanguinité. En prime le gun fight le plus intense et viscéral de l’année qui arrive sans crier chaos.

May the devil take you – Timo Tjahjanto
Version indonésienne d’Evil Dead mais sans Sam Raimi aux manettes et donc le talent en moins, May the Devil take you est un train fantôme à l’ancienne, bien shooté, mais dont l’originalité frise le néant absolu. Involontairement drôle et cumulant des clichés d’une autre époque ce retour à l’horreur pure made in Netflix pour Timo déçoit autant que son confrère Gareth avec son film de secte à la noix. C’est d’autant plus dommage quand on sait que Libido, son segment dans l’anthologie ABC of death est sûrement l’expérience la plus malsaine et intense vue depuis belle lurette. Pourquoi on vous le recommande alors dans ce top, êtes-vous en train de vous demander ? Parce qu’on a bien rigolé quand même. Funny chaos, quoi.

Les affamés – Robin Aubert
Film de zombies version tabernacle bout de ficelle. Cette tentative d’apporter un souffle nouveau à un genre plus mort que vivant ne démérite pas et vaut le coup d’œil, ne serait-ce que pour l’utilisation des décors naturels et cette sensation réussie de solitude qui plane, avec de l’humour un peu potache qui permet de rares instants de respiration. En attendant la ressortie de Zombie le chef d’œuvre indépassable de George A. Romero en 2019 et en 4K s’il vous plaît pour nous rappeler qui est le maitre du Chaos.

Le rituel – David Bruckner
Réellement flippant, ce mélange pourtant pas très original entre Blair Witch et The wicker man (qui décidément inspire jusqu’à plus soif tous les cinéastes new gen comme Ari Aster, le réalisateur de Hérédité) est une excellente surprise pour tous ceux qui demandent à voir un film d’horreur über efficace.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here