Du haut de ses 1m96, Tom Noonan est pourtant plus du genre à la jouer souris que géant. Mais tous ceux qui mordent le pop-corn à pleines dents se souviennent encore de ses trois rôles mémorables de bad-guy: la tooth fairy de Manhunter, monstre tatoué en mal d’amour; le Cain de Robocop 2, gourou régnant sur un trône de drogue synthétique qui finira double maléfique de la boite de conserve star; et enfin le Ripper de Last Action Hero, aussi peu présent que marquant, nemesis ultime du brave Jack Slater. Ce qu’on sait moins, c’est que Big Tom fait aussi partie de cette caste d’acteurs à la filmo de réalisateur silencieuse et tordue, club privé où l’on peut trouver par exemple Charles Laughton, Crispin Glover, Ryan Gosling, Cornel Wilde ou Bill Paxton. C’est grâce à l’argent récolté sur Last Action Hero que Noonan fignole dans son coin What happened was… préparé en amont et tourné sur 10 jours avec une minuscule équipe, et seulement deux comédiens (dont lui). Le film fera un mini-triomphe à Sundance avec un grand prix du jury et disparaîtra… avant de ressurgir cette année dans les salles américaines et sur les services VOD. Non seulement What Happened was…, loin de la petite curiosité qu’on oublie, est une œuvre extraordinaire, mais il faut comprendre également à quel point Charlie Kaufman lui doit tout! Profondément amoureux du film, on retrouve toute l’angoisse sinueuse et les thèmes de prédilections du réalisateur de Je veux juste en finir au coeur de cette petite chose ébréchée, allant jusqu’à faire plus tard de Tom Noonan un de ses acteurs favoris (on le verra dans Synecdoque New-York et on l’entendra dans Anomalisa). À se demander si une grande partie de sa filmo ne résonnerait pas au fond comme une multitude d’échos tremblotants du film de Noonan…

Dans un appartement new-yorkais dont la vue semble écrasée par des buildings qui ont l’air d’avoir tout vu et tout vécu, Jackie se prépare. Il y a le repas, la robe, la déco, les bougies, la lumière. Ce moment tendu et excitant avant l’arrivée de l’invité, où on fout ses mains partout à n’en plus savoir qu’en faire. Un mouvement de caméra dingo fonce sur l’écran de contrôle: c’est lui. Jackie a invité son collègue de bureau Michael (Noonan donc), un grand monsieur gentil et rigide dont il serait difficile de dire s’il a 40 ou 60 ans. Jamais on ne bougera de cet appartement et de ces deux là, se tortillant en silence sur leur chaise, cherchant quoi dire, quoi faire. Le repas est nul, les discussions s’épuisent, les regards sont gênés et les sourires perdus. Une sorte de anti-Before Sunrise qui file la chair de poule, autant par la précision de sa mise en scène que les moments embarrassants auxquels il nous renvoie indubitablement. Le décor, rarement filmé de la même manière, semble se déplier et se métamorphoser au même rythme que l’actrice Karen Sillas, incroyable, d’abord pincée et inintéressante, puis soudainement sensuelle et inquiétante. Sa propension à glisser entre les états, entre le néant et le trop-plein, la folie et la banalité, en font une troublante jumelle de Jennifer Jason Leigh… qu’on verra d’ailleurs plus tard chez Kaufman en compagnie de Noonan! Le hasard? Connaît pas. Ici, tout est là. Tantôt cosy, tantôt inconfortable, l’espace mute en purgatoire sur coussin et disperse des détails troublants: on remarque que Jackie n’a pas de salles de bains ou de chambre, préférant déployer une dressing room qui semble la protéger du reste du monde au milieu du salon. Le temps d’un instant incroyable, la pièce dans la pièce fait chavirer tous les repères, et tout bascule jusqu’à en devenir terrifiant, comme si un film raté de Nora Ephron devenait un cauchemar lynchien. En filmant deux désirs qui ne communiquent pas, What happened was… dégringole en film d’épouvante existentiel qui nous ramène à peu de choses: des lumières qui brillent et s’éteignent dans la nuit parmi d’autres…

Réalisation: Tom Noonan
Scénario: Tom Noonan
Avec: Karen Sillas, Tom Noonan
Sociétés de production Genre Pictures & Good Machine
États-Unis
Genre: Comédie dramatique, romance, thriller
Durée: 91 minutes
Sortie: 1994

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici