Après notre Palme décernée à l’année écoulée, voici venu le verdict des lecteurs chaos. Vous avez été 188 lectrices et lecteurs du chaos (merci à vous) à voter pour votre Palme du chaos 2020, avec à chaque fois des mots qui nous vont droit au coeur et des bisous à Valérie. Cette année, deux films étaient presque inséparables en pôle position, Uncut Gems des Safdie bros (46 points) et Je veux juste en finir de Charlie Kaufman (34 points), et il a suffi de quelques voix pour changer la donne. Confirmation, une fois encore, que vous avez du goût.

TOP 10 2020 DES LECTEURS CHAOS

1. Uncut Gems des Safdie bros (46 points)
Vous avez massivement plébiscité le fabuleux Uncut Gems qui se frotte à la débauche scorsesienne (la virtuosité toute libidinale de Casino, les tracking shots des Affranchis…) et qui scintille le plus dans ses dérèglements et ses moments d’accalmie. Lire notre critique.

2. Je veux juste en finir de Charlie Kaufman (34 points)
Vous avez succombé au film d’horreur intime de Charlie Kaufman débordant de malaise où la tension et la fragilité psychologique se mêlent à la terreur pure. Très, très inconfortable mais l’effet majeur est une fascination constante. Lire notre critique.

3. Lux Aeterna de Gaspar Noé (24 points)
Vous vous êtes réjoui du chaos sur le tournage du film de Béatrice Dalle dans le super méta moyen métrage de Gaspar Noe. Contacté par Anthony Vaccarello, le directeur artistique de ladite maison, le réalisateur de Irréversible a pondu en un temps record un film qui parle de sorcières. Pour replacer un peu l’intrigue, l’action se situe sur un plateau de tournage bordélique ou tout le monde braille et ou rien ne s’enclenche correctement.  Lire notre critique et voir la critique de Valérie.

4. Drunk de Thomas Vinterberg (16 points)
Vous avez été déconfinés par la comédie de Thomas Vinterberg. Quatre amis décident de mettre en pratique la théorie d’un psychologue norvégien selon laquelle l’homme aurait dès la naissance un déficit d’alcool dans le sang. Avec une rigueur scientifique, chacun relève le défi en espérant tous que leur vie n’en sera que meilleure. Si dans un premier temps les résultats sont encourageants, la situation devient rapidement hors de contrôle. Lire la critique.

5. Enorme de Sophie Letourneur (12 points)
Vous avez goûté à cette grande comédie métaphysique qui ne néglige jamais la question du corps, portée par deux bêtes de scène ayant éclos sur Canal et à qui l’industrie de cinéma français n’a pas toujours fait de cadeaux (c’est le moins qu’on puisse dire). Et voici donc le chaos aussi enthousiaste que conquis, avec ou sans marmot dans le tiroir! Lire la critique.

6. Un pays qui se tient sage de David Dufresne (11 points)
Vous avez soutenu ce documentaire, premier long métrage du journaliste David Dufresne, qui entend questionner cette phrase de Max Weber: “L’État revendique pour son propre compte le monopole de la violence physique légitime“. Mais qu’est-ce que l’État? Qu’est-ce que la violence légitime?

7. Adoration de Fabrice du Welz (9 points)
Vous êtes tombé en pâmoison devant ce long métrage de Fabrice du Welz. Beaucoup ont dit, notamment au sein de la rédaction chaos, qu’Adoration était le film le plus tendre et le plus sensible de son auteur. Ajoutons qu’il s’agit aussi de son film le plus lumineux. Une lumière noire dans tout ce qu’elle implique de contradictoire. Lire la critique.

8. Days de Tsai Ming-liang (8 points)
Vous avez vu Days de Tsai Ming-liang lors de sa diffusion sur Arté et/ou en festival. Et le Chaos se réjouit de voir autant de fans de ce cinéaste taïwanais. Faut dire que ce long métrage est merveilleux. Lire la critique.

8. Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait de Emmanuel Mouret (8 points)
Vous êtes décidément plein de ressources et de surprises et avez cité un film d’Emmanuel Mouret comme palme du chaos 2020. Et vous savez quoi? Vous êtes chaos! Lire la critique de Valérie.

8. Abou Leila de Amin Sidi-Boumedine (8 points)
Vous n’avez rien contre les expériences hors-norme et vous le prouvez en citant ce premier long métrage dépaysant, un road-movie baroque, contaminé par quelques morceaux gore et autres joyeusetés habilement empruntées au cinéma fantastique. Lire la critique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici