Notre lecteur Arnaud Surel nous envoie son bilan de l’année cinéma en 2019 en reliant trois films (L’angle mort, Ad Astra, Alice et le maire) qui en apparence ne se ressemblent pas et qui, en réalité, partagent beaucoup. Envoyez vos coups de coeur, coups de gueule, critiques, annonces, déclarations… à redaction@chaosreign.fr

De nombreux films sortis cette année ont évoqué Bartelby à leur façon, figure qui cède aux vertiges de l’inaction.

Entre son travail dans un magasin de guitares, où il préfère ne pas sortir de la remise et devenir manager, Dominick dans L’angle mort de Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic, ne souhaite pas attirer l’attention et, ne parvient pas à être en phase avec les gens, même ceux qu’il aime. L’errance et les atermoiements d’un anti-héros, démuni face à ce pouvoir d’invisibilité qui l’oblige à se mettre à nu, emplissent Ad Astra de James Gray, grand voyage introspectif.

Sorte de Meursault, étranger au monde, étranger à lui, le personnage incarné magistralement par Brad Pitt a besoin de cette distance émotionnelle pour lui permettre de survivre dans l’espace. Mais plus il plonge dans les profondeurs intersidérales, plus il deviendra nécessaire de se reconnecter avec ce qui compose son humanité. Retrouver le chemin des émotions et des blessures intimes pour mieux rompre les liens qui le rattachent à une figure paternelle écrasante. Se libérer pour guérir et retourner au seul endroit de l’univers où l’existence a un sens: sa femme.

Cette confrontation entre la pensée et l’action, incarnée par la rencontre de deux être humains à un moment où ils s’interrogent sur leur propre existence face à une impuissance infinie se trouve également au cœur de Alice et le maire de Nicolas Pariser. Et ce que Anaïs Demoustier et Fabrice Luchini accompliront ensemble, sans forcément trouver son aboutissement, les fera évoluer et modifiera profondément leur destinée personnelle là plus rien ne semble possible. Trois films qui questionnent des émotions, leur gestion, leur refoulement ou au contraire leur compréhension. Non est ad astra mollis e terris via (Il n’y a pas de chemin facile entre la terre et les étoiles – Sénèque). Renoncer à suivre le chemin pour écrire sa propre histoire.

PS. Mon top 10 de l’année
1. Jeanne
2. Martin Eden
3. Ricordi?
4. Portrait de la jeune fille en feu
5. Ne croyez surtout pas que je hurle
6. Une vie Cachée
7. Le traître
8. Midsommar
9. un grand Voyage au bout de la nuit
10. Le chant de la forêt & Le lac aux oies sauvages

PS2. Mon Top 10 2010’s
1. Twin Peaks: The Return
2. Under the skin
3. Phantom Thread
4. Melancholia
5. Mad Max Fury Road
6. Tree of life
7. Holy motors
8. La Vie d’Adèle
9. The Lost city of Z
10. Foxcatcher

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here