Le fabuleux two cops movie Dragged Across Concrete de S. Craig Zahler, avec le duo Mel Gibson-Vince Vaughn, sort chez nous direct en DVD le 3 août sous le french titre Trainé sur le bitume. Ne cherchez pas plus loin la grande découverte chaos de l’été.

PAR BAPTISTE LIGER

Après les Indiens cannibales de Bone Tomahawk, le pénitencier néo-Hostel de Section 99 (sans oublier les méfaits gore des joujoux nazis de Puppet Master : The Littlest Reich dont il était le scénariste), ce grand amoureux des entrechats et litotes livre un pur modèle de «two cops movie». Sur deux heures et demie impeccablement rythmées, le cinéaste prend le temps de raconter le coup préparé par un grigou sexagénaire (Mel Gibson, pas trop vieux pour ces conneries) et son acolyte (Vince Vaughn), récemment mis à la plaque pour une procédure peu orthodoxe, révélée par une vidéo compromettante. Mais était-il raisonnable de s’en prendre à un gang bien organisé, qui a à peu près autant de sentiments qu’un lion affamé devant une gazelle à la patte cassée?

Violence sadique jubilatoire (faut dire: quelle d’idée d’avaler une clé…), mise en scène au cordeau, capacité à faire exister des personnages, casting malin (ajoutons Don Johnson jouant les chefs de la police, Udo Kier en king du costard et Jennifer Carpenter dans un rôle fulgurant), récit impeccablement tenu, dialogues imparables (Zahler ne serait-il pas, tout simplement, l’un des meilleurs dialoguistes d’aujourd’hui?), mauvais esprit assumé (pas sûr que notre ami soit forcément le bienvenu aux conseils des parents d’élèves et aux réunions du CRAN…): Dragged Across Concrete pourrait bien être votre grand plaisir coupable chaos de l’été.

PS. Chers amis de Metropolitan Filmexport, une sortie en salles (ainsi qu’un meilleur titre français) aurait été judicieuse, en lieu et place d’un statut DTV vraiment réducteur pour une telle œuvre, objectivement majeure dans le genre. Oui, il y a un vrai public pour voir au cinéma un grand film noir, ambitieux, pouvant concilier ceux qui veulent un bon film du samedi soir et les exégètes pointus du meilleur B d’antan. Et ce, pas seulement dans les festivals. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here