“Toute la Mémoire du Monde” édition 2020 : attention, chaos !

0
861

La huitième édition du festival du film restauré « Tout la mémoire du monde » proposera cette année de nombreux temps forts. La Cinémathèque française aura tout d’abord l’honneur d’accueillir l’actrice et réalisatrice Isabella Rossellini, nommée marraine du festival, qui viendra présenter en ouverture le chef d’oeuvre Blue Velvet. Le film sera proposé dans une copie 4K inédite, supervisée par David Lynch (son film Elephant Man a par ailleurs été restauré avec le même soin, et sera projeté le Dimanche 8 mars à 18h). On retiendra aussi la projection de The Saddest Music in the World, réalisé par le très chaos Guy Maddin, suivie d’une master class donnée par Rossellini. Un hommage sera également rendu à ses parents, Roberto Rossellini et Ingrid Bergman, avec la projection d’Europe 51, de La Peur, et de Voyage en Italie. Autre invité de prestige, le cinéaste Philip Kaufman, qui tiendra une master class le dimanche 8 mars, précédée de la projection de son film Les Seigneurs. Nous vous conseillons pour l’occasion de prendre votre ticket pour L’Étoffe des héros, projeté en 70mm en salle Langlois le Jeudi 5, ainsi que pour la Nuit Body Snatchers le samedi 7 au soir, où le cinéaste présentera son film de 1978, suivi des versions de Don Siegel, d’Abel Ferrara et d’Oliver Hirschbiegel. Rob Legato, grand créateur d’effets spéciaux, nous fera aussi l’honneur de sa présence, et reviendra sur son travail effectué sur Titanic de James Cameron, à l’occasion de la projection du film le Vendredi 6 mars à 19h30.

Du côté des restaurations, le festival proposera un cycle de plusieurs films provenant Cineteca Nazionale (la Cinémathèque nationale italienne), notamment le western brechtien Pâques sanglantes (1950), réalisé par De Santis, ou bien encore La commare secca (1962) de Bertolucci. Sept western de la Columbia et trois incontournables de la Warner ont également eu la chance d’être remis au goût du jour. Beaucoup de raretés donc, et notamment deux making-of projetés le samedi 7 mars à 19h : le premier, Giger’s Alien, réalisé par l’artiste-plasticien H. R. Giger lui-même, revient sur la conception des effets spéciaux du film culte de Ridley Scott. Le second, The Making of The Empire Strikes Back, a été réalisé par le français Michel Parbot, qui a suivi le tournage de L’Empire contre-attaque en Norvège et chez ILM, capturant d’ailleurs quelques instants de la création de Yoda. Tout un programme donc, avec son lot de pépites chaos !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici