Sexe, masque et vidéo: Radu Jude fait sensation avec “Bad Luck Banging and Loony Porn”, Ours d’Or à Berlin

0
399

Le film roumain Bad Luck Banging and Loony Porn, qui a remporté l’Ours d’Or à Berlin, mixe tout ce qui préoccupe (viol de l’intimité et propension au lynchage public, entre autres) dans un pamphlet anti-connerie où la fugue mentale et l’humour deviennent de salutaires remparts à la bêtise et à la vertu. Bas les masques, tout le monde.

C’est un film pour le Chaos, selon Nadav Lapid, membre du jury à Berlin. Pas étonnant que Bad Luck Banging and Loony Porn lui ait tapé dans l’œil, on retrouve ici la même fréquentation des zones inconfortables, les mêmes dents qui grincent, le même mélange de provocation et de réflexion caractérisant son formidable Synonymes (2019). De quoi creuser un sillage offensif et plus que bienvenu dans notre époque de politiquement correct et de ligues de vertus déchaînées. “C’est un film aussi bien élaboré que sauvage, intelligent et enfantin, géométrique et vibrant, imprécis et qui attaque le spectateur: il ne laisse personne indifférent”, a déclaré le cinéaste israelien lors de la remise des prix du dernier festival de Berlin. Franc du collier à l’aune de son cinéma, Radu Jude (43 ans) succède à l’Iranien Mohammad Rasoulof, qui faisait partie d’un jury sans président, composé cette année de façon paritaire de six réalisateurs et réalisatrices ayant remporté un Ours d’Or dans le passé – outre Nadav et Mohammad, Adine Pintilie (Touch me not), Gianfranco Rosi (Fuocoammare), Jasmila Žbanić (Sarajevo, mon amour) et Ildikó Enyedi (Corps et âme).

Ce film, dont le titre pourrait être traduit par “Baise malencontreuse et porno loufoque“, s’ouvre par une séquence de plusieurs minutes de porno amateur. La fuite de cette sextape, réalisée avec son compagnon par Emi (Katia Pascariu), qui enseigne l’histoire dans un lycée roumain, est l’occasion pour Radu Jude de dresser un portrait au vitriol de la société contemporaine, des militaires aux religieux en passant par les nouveaux riches et les parangons de vertu. “Les spectateurs sont invités à faire une comparaison entre l’obscénité de cette vidéo porno et l’obscénité publique de la société, de l’hypocrisie, des traces de l’histoire qui restent jusqu’à nous”, a expliqué Radu Jude au cours de la compétition, dans un entretien à l’Agence France Presse. “Il y a une comédie du désespoir, de la sexualité, de la condition humaine“, “mais cela n’empêche pas bien sûr d’être furieux ou en colère contre certains aspects de notre société“, a-t-il ajouté.

Au-delà des thématiques brûlantes et de la nécessité d’un film qui déballe ce qui déconne furieusement aussi bien dans nos rapports aux images que dans les comportements humains, cet Ours d’or vient ajouter une (énième) pierre à l’excellente tenue du cinéma roumain. Des réalisateurs dont Cristian Mungiu, Cristi Puiu, Calin Peter Netzer ou Catalin Porumboiu ont eux aussi raflé des prix à Cannes et à Berlin avec des œuvres ancrées dans les réalités de la transition post-communiste. Acclamés à l’étranger, les films roumains peinent toutefois à faire recette chez eux. En cause notamment, la pénurie de salles et l’engouement des spectateurs pour le cinéma américain.

Le festival de Berlin, l’un des plus importants en Europe, avait fait le choix de se maintenir malgré les contraintes sanitaires, optant pour une édition en ligne, de cinq jours au lieu de onze. En obligeant la Berlinale à se tenir en ligne, la pandémie a débarrassé du même coup le cinéma “de toutes ces conneries de tapis rouge” et robes de soirées, a salué vendredi le cinéaste Roumain Radu Jude, après avoir reçu l’Ours d’Or. “Je trouve ça très bien que le festival ait fait quelque chose” pour pouvoir montrer des films malgré la pandémie qui empêche les rassemblements et les projections en salle. “Ce n’est pas idéal, mais nous ne vivons pas dans un monde idéal”, a-t-il poursuivi. Une déclaration très triste-monde-tragique (drôle et désespéré, donc) comme on les aime.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici