“Saint Maud” de Rose Glass, grand prix à Gérardmer, sort en salles le 25 novembre

0
349

C’est bien connu la religion et le cinéma d’épouvante font bon ménage. Surtout quand les bigotes y sont des psychopathes en puissance. Celle de Saint Maud, dans le premier film de Rose Glass, en salles le 25 novembre, vit forcément très mal le mode de vie (la défonce, la picole, le cul, en mode récréatif) de l’ex-danseuse en stade terminal dont elle s’occupe. Le diable se nichant dans les détails qui vont convaincre l’infirmière d’être en mission pour Dieu. Voici un chemin de croix illuminé s’inclinant devant la sainte trinité de la psychose à combustion lente (Polanski, Cronenberg, Aronofsky) pour adouber d’emblée Morfydd Clark, actrice ressuscitant le jusqu’au boutisme et l’ambiguïté de la Jennifer Jason Leigh des débuts.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici