Des films, des nœuds pap’, des stars, des buzz de bas étage, et aussi (disons le) du grand n’importe quoi: alors que 2019 touche à sa fin notre grande rétrospective chaos de l’année.

6 janvier

Premières larmes de l’année dès le réveil: on apprend que Bohemian Rhapsody vient de remporter le Golden Globe du meilleur film dramatique… C’est officiel: on va en chier cette année. Pourquoi pas un Oscar du meilleur montage, tant qu’on y est?

26 janvier

Belle inspiration de la Cinémathèque: pendant quinze jours, les spectateurs peuvent passer du temps avec Agnès Varda, invitée d’honneur présente chaque jour ou presque à Bercy. C’est en sa compagnie que les cinéphiles apprennent la mort de Michel Legrand, un mois pile poil avant celle de la productrice Mag Bodard (oui, elle était vivante, et elle avait 103 ans). Quelque chose nous dit qu’on ne regardera plus tout à fait Les demoiselles de Rochefort de la même manière…

27 janvier

L’homme au divan Henry Chapier, témoin d’une époque révolue où on pouvait parler de cinéma aux heures de grande écoute, tire lui aussi sa révérence: c’est ce qu’on appelle un week-end merdique.

12 février

Grande nouveauté cette année: quatre Oscars apparemment de seconde zone (photographie, montage, maquillage, meilleur court-métrage) seront remis pendant des coupures publicitaires, histoire de vraiment rendre cette cérémonie aussi peu palpitante que son homologue tricolore. Marty, fais quelque chose, stp.

16 février

La France triomphe à Berlin: un grand merci au cardinal Barbarin et à l’identité nationale, sans qui François Ozon et Nadav Lapid seraient rentrés bredouilles à Paris. <3

6 mars

En plein préparatifs cannois, la rédaction du Chaos ne passe pas à côté de l’événement cinématographique (et trilogique) La Flor, pourtant réservé aux cinéphiles ayant ni emploi, ni enfants, ni envie de profiter de ces premiers jours estivaux.

12 mars

Même la presse la plus sérieuse (France Bleu) relaie cette information de première importance: une pétition est lancée pour que Chabat et Darmon nous rejouent la Carioca à Cannes, 25 ans après la sortie de La cité de la peur. La hanounisation des esprits est en marche.

16 mars

Nicolas Winding Refn honore un fauteuil à son nom à la Cinémathèque, avant de s’adonner à une masterclass promotionnelle surréaliste pour le lancement de sa plateforme de streaming gratuite (dont plus personne ne parle, soit dit en passant): entouré de ses copains yankees, NWR postule que l’avenir du cinéma ne s’écrit plus en salle. Bonnaud et Jean-François Rauger, pas vraiment sur la même ligne, se défendent comme ils peuvent face à l’arrogance du maestro mégalo, qui aura complètement éclipsé la venue à Paris de Jerzy Skolimowski (soit dit en passant).

29 mars

Se moquant totalement des social justice warriors à tendance écolo, JR lâche son ballon hommage dans le ciel parisien, histoire d’achever ce tragique vendredi où la presse a rabâché mille fois que “les débuts de la Nouvelle Vague, c’était elle, AGNES LA SUBLIME”. Rarement disparition d’une cinéaste avait généré autant de vidéos, commentaires, souvenirs sur les réseaux sociaux. Godard et Rozier sont désormais bien seuls…

15 avril

Il se passe quelque chose dans le ciel de Paris, soudain recouvert par un épais voile de fumée (aucun rapport avec la baudruche à l’hélium de JR, donc): un monument vieux de 850 années part en fumée, et donne curieusement lieu à des… jolis clichés colorés sur Insta. Un boulevard pour le prochain Donzelli à Cannes? La suite de la semaine répondra par la négative.

17 avril

Thierry Frémaux semble avoir puisé dans nos pronostics pour bâtir sa Sélection officielle, copieux programme où règnent encore quelques énigmes (quid du Tarantino ? quid de cette rumeur Kechiche ? Et James Gray alors ? Comment ce pistonné de Christophe Honoré a pu être sélectionné avec un film tourné à peine deux mois plus tôt ?). Le menu est en tout cas tellement alléchant que la brûlante question Netflix et reléguée à l’arrière-plan (bravo Titi).

17 avril (bis)

“Elle a un petit air coquin. Elle me rappelle Anne Vernon dans les comédies de Jacques Becker” : poursuivant l’oeuvre émérite de Laurent Ruquier, Jean-Luc Godard souhaite caster Natacha Polony pour son prochain bébé sur les Gilets Jaunes. Séquence émotion dans les locaux de Marianne (Christophe Barbier a de quoi être jaloux).

23 avril

Pour sa première à la tête de la Quinzaine, Paolo Moretti sort l’artillerie lourde : Carpenter, Zahia, Miike, Eggers, Robert Rodriguez, Guadagnino, Lav Diaz, Anna Polina, Bonello et ses zombies, une veste en peau de bête diabolique, un frigo intelligent… On a comme l’impression que son mandat tout en audace va nous plaire.

24 avril

Requiem pour un massacre ressort en salle, sous le haut patronage de Potemkine et du Chaos, de quoi évidemment éclipser la sortie d’Avengers: Endgame, condamné à un bide retentissant (vous l’aurez lu ici). Jean-Pierre Marielle enfile lui son plus beau peignoir pour se beurrer la biscotte dans l’au-delà…

6 mai

Gérard Lefort réussit à condenser l’esprit de Cannes, sa splendeur comme son ridicule, dans un bref opuscule (La Foire aux vanités), et – attention spoiler vraiment surprenant – c’est plus passionnant que les deux bouquins de Jacob et Frémaux réunis…

9 mai

Quentin qui ? Pas intimidé par Pitt et Leonardo, la fine équipe de The Jokers “pose ça là” comme on dit aujourd’hui :

11 mai

Jean-Claude Brisseau s’en va à un âge pas spécialement avancé (74 ans) et dans l’indifférence générale, les médias ayant le braquet dirigé vers la Croisette, et pas spécialement envie de se prendre des commentaires polémiques en pleine poire. Il laisse pourtant derrière lui une filmographie on ne peut plus chaos.

14 mai

Premier film de la compèt et premier bâillement devant The dead don’t die, la comédie à côté de ses pompes de Jarmusch, qu’on tenait jusque là pour un cinéaste subtil. Même notre Edouard Baer national n’avait pas l’air dans son assiette pour cette cérémonie d’ouverture. On a au moins pu récupérer quelques minutes de sommeil avant notre marathon estival (Valérie saura de toute façon nous trouver des petits comprimés stimulants pour alimenter quotidiennement notre gazette).

16 mai

Alors que tout le monde ne jure que par la compétition, les disrupteurs que nous sommes s’encanaillent surtout au Certain Regard, où Bull, La femme de mon frère et Une grande fille nous font plus rêver plus que Ken Loach et Jessica Hausner. Pauvres Quinzaine et Semaine de la critique: c’est à peine si on a le temps de s’aventurer par là vue la densité du programme officiel.

18 mai

Almodovar, Diao Yi’nan, Dumont, et un porno de 2h12 en Debussy (Liberté) qui aura donné de l’ulcère à la presse la plus tenue par le corset: now we’re talking. En toute discrétion, Leo DiCaprio attrape un strapontin dans une salle de l’ACID, histoire de soutenir Camila Morrone dans Mickey and the Bear.

19 mai

Pris d’assaut par des rombières octogénaires, Alain Delon nous gratifie quand même d’une photo chaos des familles (il est à l’époque en pleine forme et pas du tout enquiquiné par ces histoires d’AVC).

19 mai

En toute décontraction, Thierry Frémaux présente Almo à un Terrence Malick sorti de sa caverne, sous l’œil (ou plutôt le smartphone) ébahi de Didier Péron. Présent dans la salle, notre Théo se souviendra longtemps de ce moment passé en compagnie de son cinéaste fétiche.

21 mai

Malgré les 3h30 passées dans la file, nos copains les plus téméraires se voient refuser l’accès au Tarantino. Où va le monde? Même Mehdi Omaïs voit les vigiles fermer le cortège devant lui (si même les étoiles de la critique ne rentrent pas, vraiment, tout fout le camp…). Et sinon, le film ? Léger malaise d’une audience privilégiée mais désarçonnée qui n’ose pas dire sa déception : l’écrin cannois n’était clairement pas fait pour ce bijou déjouant absolument tout ce qu’on pouvait attendre de lui, pris en sandwich entre un McDo terminé en chemin et un cocktail organisé sur une plage quelconque. Gageons qu’à sa sortie, tout le monde aura oublié cet accueil tiédasse.

23 mai

Stylo bic à la main, nous comptabilisons tous les culs présents dans le Kechiche (il y en a beaucoup) avant de formuler une plainte conjointement déposée auprès du CNC, du CSA, de Pathé et de la Mairie de Cannes. Nous en profiterons pour pondre une douzaine d’articles à la probité douteuse, relayant uniquement nos visées idéologiques et se désintéressant totalement du film. Rest in peace, André Bazin.

25 mai

Bitchy Claire Denis rhabille tout le monde pour l’hiver avec son désormais fameux tube de l’été : Hé ho, silence ! (Extended mix).

25 mai

Bravo le Bong, et bravo The Jokers: le Chaos se joint au concert de louanges venu récompenser Parasite. De leurs côtés, Malick, Tarantino, Loach, les Dardenne bros, Kechiche et autres palmés repartent bredouilles, contrairement à Mati Diop et à Ladj Ly: qui aurait pu imaginer une chose pareille encore 10 jours plus tôt ? Folie cannoise, quand tu nous tiens…

11 juin

Jean-Pierre Mocky est présent à la projection du Professeur de Zurlini (1972) pour honorer la réouverture de son ancienne salle (les Ecoles aka Ecoles 21 aka Ecoles Cinéma Club). Le croyant comme tout le pays increvable, le chaos ne se remettra pas de sa disparition, qui surviendra moins de deux mois plus tard (on t’aime, Jean-Pierre).

12 juin

Les fans de Richard Kelly peuvent enfin converser avec leur idole grâce à Panic! X Chroma et au Forum des Images. Une foule en délire qui permet de faire ce constat pas forcément agréable : nos films cultes des années 2000, c’est déjà du cinéma de patrimoine…

18 juin

Des photos Insta d’un autre temps, déjà, avant que la polémique de fin d’année ne prenne le dessus : Blier, Dujardin, Polanski et Bedos fils paradant bras dessus bras dessous pour se rendre à l’avant-première du Daim, en absolue pépérade estivale, dans une décontraction très seventies. Chaos reigns.

3 juillet

L’été est placé sous le signe du giallo, avec une rétrospective Bava à la Cinémathèque, un chouette bouquin de Gérald Duchaussoy et Romain Vandestichele, des restaurations Argento et Fulci en veux-tu en voilà, un docu de JB Thoret retapé alors qu’on le croyait perdu… Notre pensée va aux spectateurs nonagénaires de la Rue des Ecoles qui se sont pris des trailers dopés à l’hémoglobine et à la musique des Goblin alors qu’ils venaient sagement s’enfiler un Guitry…

10 juillet

La rédaction sort de la projo presse de Midsommar : et si finalement, elle avait eu raison de vous repaitre les oreilles l’an dernier avec ce fichu Ari Aster ?

17 juillet

La planète entière vient de télécharger FaceApp, dont la hype ne dépassera finalement pas les 48 heures : une appui bien plus éphémère que Snapchat finalement.

19 juillet

Bye bye Rutger Hauer, qui n’aura donc même pas la chance de connaitre ce fameux “Los Angeles, November 2019″…

22 juillet

Miam miam, les numéros des Inrocks et de So Film spécialement consacrés au cinéma de Tarantino: deux fidèles compagnons de plage qui valent vraiment mieux qu’un livre de Frédéric Lenoir…

24 juillet

Du Rififi au CNC, avec la nomination houleuse de Dominique Bontonnat, et sa tête bien peignée à faire la couverture de Challenges. L’homme ne manque en tout cas pas d’humour, au vu du film choisi en guise de faire-part de présentation aux salariés de la vénérable institution : L’Aventure c’est l’aventure de Claude Lelouch…

8 août

86, ou 90 ans le Jean-Pierre Mocky ? Les rédactions s’écharpent et modifient leur nécro une bonne dizaine de fois. Les journalistes ciné du pays faisant trempette en Bretagne, le Mocky n’a pas le droit à tous les honneurs qu’il mérite, mais qu’importe : des #MOTEURRRRRR amusés font eux la joie des réseaux sociaux…

7 septembre

Le Joker remporte le Lion d’or, et J’accuse rétrograde en seconde position à Venise (la désormais fameuse jurisprudence Lucrecia): on est alors loin de se douter que les deux films provoqueront les repas de famille les plus sanglants des semaines à venir. C’est Emmanuelle Seigner qui vient chercher le prix, car Roman est lui sur scène à Deauville au même moment (depuis Paris, on vous rassure : nous non plus on ne bite rien à ce qui se passe)…

11 septembre

Eric Neuhoff écume les plateaux et les pastilles Konbini pour dire tout le mal qu’il pense du cinéma français, et déclenche même l’ire des médias féministes qui lui reprochent son passéisme et sa misogynie crasse (une promo réussie donc). Notre Zaza nationale ne daigne pas répondre aux attaques personnelles du néo-hussard de Mabillon: c’est bien la preuve qu’elle est au-dessus du lot. <3

25 septembre

Le landernau cinéphile s’agite autour de Ne croyez surtout pas que je hurle, météore filmique de Frank Beauvais qu’on verrait bien en palme chaos des lecteurs, tiens…

2 octobre

Ça y est : le tueur en série de Memories of Murder vient d’être retrouvé par la police sud-coréenne. Encore un sacré coup de promo pour le Bong, en passe de dépasser, avec son Parasite, la “meilleure moyenne de tous les temps pour un film étranger sur le sol américain”. Jusqu’où s’arrêtera-t-il ?

3 octobre

Des fanboys outrés tombent de haut en découvrant qu’un petit jeune (dénommé Martin Scorsese) puisse critiquer la machine à formater qu’est Marvel. On en reparlera quand il rapportera quelque chose de lourd.

8 octobre

A en croire la rumeur, Brian de Palma aurait sorti un nouveau film directement en DVD/VOD. Le peu de retentissement que ça occasionne laisse augurer du pire…

9 octobre

Alerte Caroline Fourest sur Allociné, pour son tout premier long métrage et son casting de rêves (un remake du film d’Eva Husson sorti l’an passé) : le peu de retentissement que ça occasionne laisse augurer du pire…

11 octobre

YOUPI ! Xavier Dupont de Ligonnès est arrêté : “c’est la fin d’une traque de huit ans pour celui qui est soupçonné d’avoir tué toute sa famille à Nantes”… Splendeurs et misères de la presse française et de la police écossaise.

13 octobre

Valérie tire sa révérence avec un ultime chef-d’oeuvre consacré au Joker. On espère avoir de ses nouvelles très vite, elle qui est partie avec tout le stock DVD de la rédac sous le bras…

16 octobre

Le prequel de La Vérité si je mens ! Les débuts fait sur le premier mercredi… 20 fois moins d’entrées que le troisième volet des aventures d’Yvan, Patrick, Serge et Dov. L’insurrection du pays passe aussi par la salle de cinéma (le compte Twitter de Juan Branco likes this).

17 octobre

Ça passe relativement inaperçu, mais Luc Lagier reçoit à Lyon le prix Bernard-Chardère pour son (toujours aussi grandiose) Blow Up, sous les yeux de Francis Ford Coppola. Aux grands hommes, la Patrie reconnaissante.

18 octobre

Après une tournée de rock star achevée devant les amis (ou plutôt les VIP) de la Cinémathèque, Scorsese vient présenter The Irishman au Christine Cinema Club, entouré par Nicolas Saada et une douzaine de bras armés mêlant pêle-mêle gardes du corps, staff de Netflix et chiens de garde anti-piratage. Allez, un petit câlin pour la peine :

26 octobre

Bye bye Robert Evans, parti quelques semaines après Peter Fonda : on se demande qui de la Nouvelle Vague ou du Nouvel Hollywood versera le plus de larmes cette année.

29 octobre

Des clichés pixellisés bien crados annoncent la couleur : c’est Canet et Lellouche qui seront aux manettes du prochain Astérix… Les blagues sur une énième mort ratée de Cotillard ou une perf de François Cluzet en Idéfix vont bon train. A la rédaction, on se demande si la bande à Canet n’est pas en train de dépasser la bande à Fifi Lacheau sur l’échelle de l’horreur…

3 novembre

DiCaprio et Greta tapent la pose pour le climat (et surtout pour le chaos).

4 novembre

Edwy Plenel se décompose devant les déclarations poignantes d’Adèle Haenel (EN DIRECT EXCEPTIONNEL CE SOIR A 20H SUR MEDIAPART), Christophe Ruggia s’offre du jour au lendemain une notoriété dont il se serait bien passé. Les expressions “MeToo français”, “inefficacité de la justice” et “tribunal médiatique” donnent l’occasion de débattre (=s’écharper gentiment) entre amis à la cantoche.

13 novembre

Faut-il séparer l’homme de l’artiste ? De Polanski à Céline en passant par Gauguin, voici l’énième réactivation du débat le moins passionnant de ces 20 dernières années.

22 novembre

Sous le masque de la nouvelle émission de haut vol imaginée (volée) par TF1 se cache donc… Smaïn. Pas de répit pour la crise, même chez Martin Bouygues.

11 décembre

Les Misérables, Les éblouis, Les envoûtés, Les sauvages… Comment-voulez-vous que les lecteurs du Pariscope et de L’officiel des spectacles s’y retrouvent ?

15 décembre

Histoire de vraiment nous saper le moral, Anna Karina rejoint le convoi déjà plein à craquer des personnalités du cinéma disparues en 2019.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici