La rubrique PHOTOMATON met en lumière ceux qui font le cinéma. Notre invitée: CAMILLE MADELAINE, assistante attachée de presse.

Quelle est votre profession?
Assistante attachée de presse au Public Système Cinéma.

Quel est votre parcours?
J’ai réalisé mon premier stage en 2016 au Public Système Cinéma en tant qu’assistante de programmation au sein du département film. Après 6 mois de stages et en parallèle de mes études, j’ai fait des missions au sein du service de presse de cette même agence. En 2018, j’ai travaillé chez e-cinema.com en tant que Digital Content Manager. Par la suite, j’ai été recontactée par le Public Système Cinéma qui était à la recherche d’une assistante attachée de presse. Je suis actuellement en CDI dans cette équipe depuis plus de deux ans.

Sur quoi travaillez-vous actuellement?
Depuis mon arrivée au Public Système Cinéma, je travaille sur les relations presse des films Netflix en France, avec une autre personne dont je parlerai plus tard…

Quel est le film et/ou le cinéaste qui vous a donné envie de faire ce métier?
C’est plutôt un événement qui m’a donné envie de travailler dans le cinéma. J’ai grandi en Normandie près du Festival du cinéma américain de Deauville. Plus jeune, j’allais souvent au Festival pour voir des films dans cette grande salle du CID. J’ai même été garde-rang lors de la 41e édition du Festival. J’étais très impressionnée par cet événement et je rêvais de travailler un jour dans cette organisation. Et ce fut le cas à partir de 2016 ….

Quel est votre meilleur souvenir professionnel?

Mon meilleur souvenir professionnel est un peu chaos: finir un Festival de cinéma dans un commissariat pour déposer plainte contre un homme qui est entré par effraction dans notre hôtel! Ça s’est passé lors d’une fin de soirée, mon collègue Charly et moi avons aperçu un homme ivre qui essayait de rentrer de force dans l’établissement. Arrivés dans ma chambre où nous poursuivons la soirée, nous gardons un œil sur cet individu depuis la terrasse. Après plusieurs tentatives d’effraction, il finit par casser une vitre et pénétrer dans l’hôtel. Nous appelons nos collègues, puis la gendarmerie, pour prévenir de l’incident. Les gendarmes arrivent sur les lieux et finissent par trouver l’homme au 3ème étage. Nous l’identifions et sommes emmenés au commissariat en plein milieu de la nuit pour faire une déposition. Que ce soit à l’hôtel ou à la gendarmerie, tout ce qui s’est passé ce soir-là était mémorablement drôle et complètement fou. Par ailleurs, nous avons eu vraiment l’impression de déranger les gendarmes, qui étaient visiblement très occupés à suivre un événement sportif à la TV. Un grand souvenir! Sinon dans un registre moins-chaos-mais-quand-même-chaos, je crois que le jour de l’avant-première de The Irishman à la Cinémathèque, en présence de Martin Scorsese, fut un de mes souvenirs professionnels les plus mémorables.

Citez-moi quelqu’un de bien/pro/formidable dans ce métier si cruel?
Sans hésiter, Charly Destombes, avec qui je travaille en binôme depuis plus de deux ans maintenant. Je lui dois énormément, il m’apprend beaucoup sur ce métier. On se dit souvent qu’on est chanceux de travailler au quotidien avec quelqu’un qu’on apprécie vraiment, et dans la bonne humeur qui plus est. On est un vrai duo et je pense que c’est précieux dans ce milieu de pouvoir autant faire confiance à la personne avec qui on passe ses journées.

Ce que vous avez fait de plus chaos depuis que vous faites ce métier?
Figurez-vous que c’est de nouveau une soirée de Festival. Je me rends aux toilettes, où je tombe nez à nez sur une jeune actrice, accompagnée de sa sœur qui a trop bu et semble dans le mal. Je me dévoue naturellement pour les raccompagner à leur hôtel à pied. Une fois sur place, c’est le drame! La sœur de l’actrice a une envie subite de vomir. Paniquant à l’idée qu’elle ne rende dans le couloir de l’hôtel, la pire idée qui soit me vient subitement: mettre mes mains devant sa bouche afin de réceptionner son vomi et ne pas souiller les sols… Je m’exécute. Cette dévotion de l’extrême restera le moment le plus chaos de ma vie je crois! – pour info, la photo du photomaton avec mes mains en coupole est un hommage assumé à ce souvenir mythique.

A quel film ressemble le monde d’aujourd’hui?
Je crois que ce serait un mix entre Un jour sans fin et Seul au monde avec une touche de Her dans son approche de la solitude moderne.

A quel film ressemblera le monde de demain?
J’espère qu’il ressemblera à cette scène finale de Drunk de Thomas Vinterberg: on dansera dans les rues, une bière à la main, sur un fond d’ivresse et de bonheur général.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici