Michel Gondry revient sur le clip “Around the world” des Daft Punk

0
509

Les Daft Punk, c’est de la musique, certes. Mais c’est aussi des clips. Michel Gondry revient sur la création du clip Around The World réalisé en 1997.

Réalisé par Michel Gondry, le clip du morceau Around The World présente des robots marchant en rond sur une plate-forme (représentant un disque vinyle), des athlètes montant et descendant des escaliers, des femmes déguisées en nageuses de natation synchronisée, montant et descendant un autre jeu d’escaliers, des squelettes dansant au centre de la plate-forme et des momies dansant au rythme de la ligne rythmique de la chanson. Cet ensemble est censé être une représentation visuelle de la chanson; les différents personnages représentent un instrument (ou une piste) spécifique. Soit ce qui se passe dans la tête de ceux qui écoutent le morceau. «Pour le clip d’Around the World, les Daft Punk m’avaient parlé d’une chorégraphie parce qu’ils aimaient beaucoup la danse» nous racontait le réalisateur de Eternal Sunshine of The Spotless Mind lors d’une interview accordée pour la sortie de La science des rêves. «Vous vous souvenez de la ligne de basse de Good Times de Chic? (Il chante). Les Rapper’s Delight ont fait leur premier rap commercial sur cette ligne de basse. On peut considérer que c’est le fondement du genre. Depuis que je suis adolescent et que je connais cette chanson, j’ai toujours imaginé un petit bonhomme qui monte des escaliers et suit cette ligne de basse. Quand j’ai entendu ce morceau des Daft Punk, j’ai repensé à ce principe. Il a été utilisé dans plein d’autres morceaux. Quand on écoute Another one bites the dust, de Queen ou même Captain Sensible, on retrouve les deux mêmes accords qui sont des septièmes mineurs, des accords très proches du blues que l’on fait passer en boucle. A partir de là, j’ai développé le concept avec les voix des robots en imaginant une sorte de Robocop qui avançait en fonction de la musique. Il y a quatre instruments avec la boîte à rythme et le principe de Daft Punk consiste à pousser la boucle au maximum. Et juste avant que ça devienne chiant, ils passent à l’étape suivante en complexifiant. Il y a une construction très rigoureuse qui m’a servi pour construire la chorégraphie que j’ai faite avec Bianca Li au niveau de la construction géométrique dans le temps et dans l’espace. Chaque instrument est représenté par un groupe de quatre danseurs. Quand on entend la basse, on voit les bassistes qui montent et qui descendent. La guitare qui joue comme un synthé, ce sont les squelettes parce que ça gratte un peu. La boîte à rythme, c’était une association avec Michael Jackson et la chirurgie plastique. Immédiatement, j’ai pensé aux momies. Les bassistes ont des petites têtes et de grands corps parce qu’ils sont physiques. Le synthé disco est représenté par les filles en tenue des années 20 car le disco est une sorte de revival du charleston. Une fois que j’avais tous ces éléments, je les ai alignés de manière mathématique.» Ainsi donc, les androïdes correspondent à la voix chantée, le physique et la rapidité des athlètes symbolisent la ligne de basse ascendante ou descendante, la féminité des nageuses synchronisées représentent le clavier, les squelettes servent pour les guitares et les momies pour la boîte à rythme. Les costumes furent dessinés par Florence Fontaine, ancienne compagne de Gondry. Les lumières furent opérées par son frère, Olivier Gondry.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici