Si toute la hargne poisseuse du cinéma grindhouse tenait dans une affiche, ce serait bien évidemment celle de Maniac. «LES FILMS QUE VOUS NE VERREZ JAMAIS A LA TELEVISION» scandait la VHS. La panthère Rene Chateau avait un peu tort, mais l’alliance du slogan choc baigné de jaune, les contours noir d’encre, la mare de sang dégoulinante… c’est impossible à oublier. On pourrait pas mal s’égosiller sur le fait qu’on a fait sans doute plus virtuose, plus dérangeant, plus tordu, plus trépidant que Maniac. Mais à l’évidence, rien ne prête à rire dans ce petit budget malaisant et maîtrisé coincé entre deux époques, solidement harnaché aux larges épaules d’un acteur aussi formidable que Joe Spinell, littéralement ici dans le rôle de sa vie.

Frank Zito, le fiston à sa maman, l’ours gras, le trancheur de crâne, lèche les vitrines new-yorkaises en scrutant les mannequin figés comme autant de futures victimes ou de fantômes à venir. Avant les mythiques Henry: Portrait of serial Killer ou Schizophrenia, William Lustig entrait à sa manière dans la psyché d’un tueur inventé de toutes pièces, avec tout de même de gros morceaux d’Ed Gein en dedans. On admire encore son art à suggérer les trauma de son personnage plutôt que de les illustrer, la musique giallesque de Jay Chattaway, les scalps dégueulasses du roi du gore Tom Savini, ou la grande scène de poursuite dans le métro, repompée ad nauseum dans autant de slashers bas du front. Si Maniac a des rides, elles lui donnent assurément du caractère.

Le titre phare de William Lustig avait été dorloté plus d’une fois sur support physique: en 2007, Opening reprenait le contenu du dvd Anchor Bay de 2001, le surpassant en ajoutant même quelques mignardises. Pour les 30 ans du film, Lustig intègre tout naturellement le film dans sa collection Blue Underground avec un BluRay attendu mais étonnement médiocre. Colorimétrie suspecte et définition décevante: on ne sait décemment ce qui est arrivé à Tonton Lustig pour traiter son film de la sorte. Le bonhomme rectifie alors le tir en 2018 avec un nouveau master, alors qu’au même moment notre éditeur hexagonal Le chat qui fume entend apporter sa propre édition française. Les anglophones impatients n’auront pas attendu, mais les autres seront très justement récompensés.

Au programme, on retrouve donc une nouvelle copie enterrant bien entendu toutes les précédentes ainsi que tout le contenu du BluRay américain (avec toujours le format DVD + Blu-Ray cher au minou qui crapote). Et là accrochez vous, y’a du monde au balcon: un commentaire audio de Lustig et du producteur Andrew W.Garroni, des interviews de Tom Savini, Caroline Munro ou de Jay Chattaway, des images du tournage, un entretien assez croustillant avec Michael Sembello pour lever le voile sur la fameuse légende urbaine de la chanson Maniac, de nombreuses interviews promo d’époque, un Q&A cannois avec Lustig, une pastille revenant sur les lieux de tournage, des trailers en pagaille… sans compter de nombreux reportages tv 80’s hilarants, festival de vieilles chouettes et de pisse-vinaigre déblatérant sur le trop plein de violence au cinéma. On retrouvera aussi des bonus présents déjà sur les anciennes éditions, à savoir le documentaire sur Joe Spinnel, les bobines sauvées du fameux Maniac 2 aka Mr Robbie ou le commentaire audio avec Lustig/Savini/Lorenzo Marinelli/Luke Walker. En guise de petit ajout 100 % français, l’interview de Fathi Beddiar qui revient sur la naissance du remake de Maniac (qui frôla les mains d’un certain Gaspar Noé!) et la version vhs du film, qui permettra aux nostalgiques de voir le chemin parcouru entre le vidéo-club du village et le retro-projecteur haute def ! Bref, si vous fan, impossible de faire plus: voilà un buffet de bonus à s’en exploser la panse. Si l’édition comprenant le cd la b.o, en plus des 2 dvd et du blu-ray, est pour le moment épuisée, le livre Maniac: Plongée dans le New-York des 70’s, toujours édité par le chatchat et écrit par Julien Séveon devrait faire bientôt son apparition. Gavé on vous dit!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici