Title: LISZTOMANIA ÂĄ Pers: DALTREY, ROGER ÂĄ Year: 1975 ÂĄ Dir: RUSSELL, KEN ÂĄ Ref: LIS004AX ÂĄ Credit: [ WARNER BROS / THE KOBAL COLLECTION ]

PlutĂ´t qu’un rĂ©cit direct, Ken Russell a choisi de prĂ©senter la vie du compositeur Franz Liszt, sa carrière musicale, ses frasques amoureuses, mais aussi son oscillation perpĂ©tuelle entre le Bien et le Mal au travers de diffĂ©rents tableaux chronologiques. Normal. Chaos.

PAR JEREMIE MARCHETTI

Avec le succès de Tommy en 1975, l’association entre les Who et Ken Russell se rĂ©vĂ©la dès plus fructueuse: il fallait battre le fer tant qu’il Ă©tait chaud et remettre ça au plus vite. Russell empoche les sous et retravaille avec Roger Daltrey pour un nouveau film musical au doux nom de Lisztomania, rĂ©ussissant la gageur d’ĂŞtre encore plus dĂ©lirant que son prĂ©dĂ©cesseur. Pete Townshend refuse poliment de s’occuper de la musique, laissant sa place Ă  Rick Wakeman, claviĂ©riste du groupe YES qu’on retrouvera plus tard Ă  la b.o des Jours et les nuits de China Blue (1984).

Pour Lisztomania, Russell associe avec un plaisir non dissimulĂ© plusieurs de ses gimmicks favoris: le film musical, le biopic et, bien sĂ»r, la dĂ©mesure. Il avait, bien entendu, dĂ©jĂ  appliquĂ© cette addition magique pour un The Music Lovers (1970) fort agitĂ© mais cependant bien sage comparĂ© aux dĂ©bordements de Lisztomania, qui pourrait se targuer d’ĂŞtre le film le plus fou du rĂ©alisateur avec l’indispensable Les diables. Ainsi, les manies du musicien Frank Liszt et la passion qu’il suscitait annonçaient peut-ĂŞtre la folie des rock star: qu’Ă  cela ne tienne, Russell applique cette idĂ©e dans une fable monstre qui agite les anachronismes comme un drapeau, et fait tout pour hĂ©risser les poils des auditeurs de Radio Classique.

Dès les premières images, avec cette poitrine embrassĂ©e au rythme furieux d’un mĂ©tronome, et cette poursuite entre Liszt et un mari bafouĂ©, tout se rĂ©fère au lexique et Ă  l’énergie du cartoon. Plus tard, on voit une cohorte d’artistes du 19ème siècle, Sand en passant par Berlioz ou Chopin, dĂ©filant comme des stars du glam-rock. ZĂ©ro limite. La Princesse Carolyne de Seint-Wittgeinstein invite le hĂ©ros dans son palais de bites, hĂ©ros bientĂ´t menacĂ© par des harpies qui en veulent Ă  sa virilitĂ© avant de retrouver sa libido et d’afficher un sexe gĂ©ant bientĂ´t menacĂ© par une guillotine. Pas besoin d’Acid-Queen avec Russell, les stupĂ©fiants coulent dans chaque palpitation de ce théâtre tenant aussi bien de l’opĂ©ra que du Grand Guignol.

Introduit comme un artiste envahissant, Richard Wagner est vu comme un vampire assoiffĂ© obsĂ©dĂ© par une idĂ©ologie fasciste, et animant des rituels sectaires Ă©voquant aussi bien les jeunesses hitlĂ©riennes que les pages d’un Elvifrance! Dieu nordique abruti, gretchen violĂ©es par un dĂ©mon chauve, monstre de Frankenstein mitraillant une cohorte de juifs, vaisseau spatial paradisiaque: impossible d’arrĂŞter les pulsions sauvages de Ken Russell, qui signera peu après un Valentino aussi exsangue que ce Listzomania Ă©tait incontrĂ´lable. Si la libertĂ© semble plus grande que dans Tommy, pensĂ© avant tout par The Who, on regrette le ratage musical de celui-ci, comme si Wakeman fut incapable de suivre ce maelstrom hallucinogène. Ballot pour un film traitant de la musique classique. Reste les images bien sĂ»r… mais quelles images!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici