Coucou! Il est minuit, et à minuit, à l’heure où le chaos règne, en attendant l’heure où blanchit la campagne, nous recevons un invité: SHARUNAS BARTAS!

QUOI DE PLUS CHAOS QUE SHARUNAS BARTAS? Parce que dès d’adolescence, Sharunas a réalisé des courts-métrages documentaires et de fiction au sein d’un club amateur animé by himself. Parce que Tofolaria, son premier projet coréalisé avec Valdas Navasaitis, un documentaire d’inspiration ethnographique sur la vie d’un peuple en extinction, au fond d’une vallée de Sibérie. Parce que c’est grâce à ce film qu’il a rencontré Katerina Golubeva, compagne et muse de ses trois premiers films. Parce que En mémoire d’un jour passé, son film de fin d’études qui brouillait les frontières entre fiction et documentaire, cherchant à dresser le portrait spirituel et abstrait de la capitale de la Lituanie, Vilnius. Parce que pour pouvoir travailler dans son pays où le système soviétique s’effondre, il a créé un studio de cinéma « Studija Kinema » et devient, de fait, producteur de ses propres films et d’une vingtaine de films d’autres réalisateurs – d’où l’esthétique Studija Kinema. Parce que son coup d’essai, Trois jours, qui a pris quatre années pour être réalisé. Parce que Léos Carax a écrit plusieurs textes sur Sharunas. De même que notre Claire Denis a joué un rôle essentiel. Parce que Few Of Us (1996), The House (1998),Freedom (2000) et Seven Invisible Men (2004). Parce que Steve McQueen, réalisateur de Hunger et Shame, qui a programmé les films de Bartas en Grande Bretagne, expliquant: « It’s almost like having a conversation with someone, » McQueen says. « It’s in real time, it takes a long time to finish a sentence, but you go through the whole process, and there’s this result, the pay-off, and you think – yes! ». Parce que Béla Tarr et lui, même combat chaos. Parce que Leos Carax a joué dans The House de Bartas et Bartas dans Pola X. Parce que vient de sortir ce mercredi son joli Peace To Us In Our Dreams et parce que le Centre Pompidou propose right now une rétrospective intégrale de l’œuvre de Shasha.

Quel est votre rapport au cinéma?
Sharunas Bartas: C’est mon travail.

Quelle serait votre définition du cinéma?
Sharunas Bartas: Je n’aime pas le terme « définition ». Je peux en trouver plein mais je ne vois l’intérêt d’en donner une.

Que préférez-vous dans un film?
Sharunas Bartas: Dans un mauvais film, je préfère le mot «FIN» ; dans un bon, j’adore tout.

Quel est le premier film que vous avez vu?
Sharunas Bartas: Trop jeune pour m’en souvenir…

Quels sont les films qui vous ont marqué par l’intensité de leurs images?
Sharunas Bartas: Je citerai Blade Runner, A bout du souffle, Il était une fois en Amérique, Solaris, Blow up, S’en fout la mort et tant d’autres…

Est-ce qu’il y a déjà eu un avant et un après avec un film?
Sharunas Bartas: Oui. Avec Flights in Dreams and in Reality de Roman Balayans. J’ai découvert ce film à l’âge de 18 ans. Ce film était très différent de ceux que j’avais pu voir avant.

Pensez-vous que l’on fera encore du cinéma en 2050?
Sharunas Bartas: Oui.

Le dernier film vu et adoré?
Sharunas Bartas: Je ne me souviens plus…

QUIZ CHAOS DU CINÉPHILE
Un film: Flights in Dreams and in Reality
Une histoire d’amour: Bonnie & Clyde
Un rire: Les Habitants
Une vision: Zabriskie Point
Un acteur: Jean Paul Belmondo
Une actrice: Isabella Rossellini
Un début: Le miroir
Une fin: Stalker
Un twist: U Turn
Un plaisir coupable: Blow up
Une révélation: National Geography
Un film malade: Haathi Mere Saathi
Un rêve: Le Ruban Blanc
Une mort: Le Roi Lion
Une rencontre d’acteurs: Gérard Depardieu & Fanny Ardant
Une scène de sexe: Le dernier tango à Paris
Un artiste sous-estimé: João César Monteiro
Un traumatisme: Breaking the Waves
Un gâchis: Avatar
Un souvenir qui hante: Le Locataire
Un film français: Boy Meets Girl
Un réalisateur: Michelangelo Antonioni
Allez, un second: Federico Fellini
Un baiser: Cabaret
Une bande-son: 8½
Un frisson: Rosemary’s Baby
Un monstre: Godzilla
Un torrent de larmes: je ne pleure pas en regardant des films…

PS. Le CHAOS remercie tout particulièrement les formidables Viviana Andriani et Aurélie Dard.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici