Nous avons demandé à des écrivains et des journalistes quels étaient les dix livres les plus chaos au monde. Voici leurs réponses.

PAR PAULINE BADUEL, NICOLAS BARDOT, SARAH CHICHE, SVEN HANSEN-LOVE, CLAIRE LEGENDRE, DIDIER PERON & OLIVIER TEXIER

PAULINE BADUEL (Journaliste CliqueTV)

Palmiers Sauvages de William Faulkner
«Le chaos n’est pas dans l’écriture de Faulkner, ça change. Il réside dans l’intensité de la souffrance. L’une des histoires d’amour les plus douloureuses jamais lue. On découvre des profondeurs de dépravation insoupçonnées. On lâche des larmes et elles ne sont pas chaudes.»

Un nom pour un autre de Jhumpa Lahiri
«Une histoire de prénom, une lettre manquée et un déracinement.»

Le Dossier Rachel de Martin Amis
«J’aurais aimé le trouver dans la bibliothèque des parents d’un pote quand j’étais ado. Je l’ai lu à 29 ans. «Il y avait encore assez d’été dans l’air pour qu’il ne fasse pas vraiment sombre». C’est cynique et savoureux.»

Le Funambule de Jean Genet
«Parce qu’on rêve tous de se cacher dans le vestibule.»

La nuit des temps de René Barjavel
«Vivre les malheurs d’avance, c’est les subir deux fois». C’est le roman que tu lis au collège et qui te marque pour toute une vie. Sol gelé, homme au singulier et pilules bleues.»

Les Noces de Albert Camus
«Parce que j’adore les bonbons à la menthe et déteste les bonheurs simples.»

Mailman de J. Robert Lennon
«Un homme proche du déchet à tel point qu’il n’y a que des scènes de toilettes dans le livre. Il a le teint pâle, les mots lui manquent, il souffre comme un chien dans une Amérique ingrate. Impossible d’oublier ce postier.»

L’heure de la sensation vraie de Peter Handke
«Un type rêve d’avoir assassiné une femme. Sa vie en est à jamais bouleversée.»

L’homme dé de Luke Rhinehart
«L’homme dé te retourne la tête. Subversif, cynique, et vomitif à souhait. Le dégoût se cache sous la langue, se mêle à la salive. Longue désintox post lecture pour retrouver foi en l’humanité.»

La thèse de mon mec
«Il n’a écrit que trois paragraphes. Et ça m’a suffi.»

NICOLAS BARDOT (Journaliste Polyester)

Le Mausolée des amants de Hervé Guibert
«Le désir, l’amour et la mort : des années de notes queer dans un journal testamentaire et monumental, traversé par une noire et grande poésie.»

Le Mur invisible de Marlen Haushofer
«Une femme se retrouve coupée du monde dans un chalet de la forêt autrichienne. C’est un passionnant récit de survie, une expérience métaphysique et une allégorie de la condition féminine. Extraordinaire !»

La Couronne verte de Laura Kasischke
«Le récit hypnotique de jeunes touristes s’aventurant dans la jungle mexicaine pour y visiter des vieilles ruines. Un étrange cauchemar halluciné signé par une géniale autrice dont l’œuvre entière est sous le signe du chaos.»

Simetierre de Stephen King
«Une famille emménage dans une petite ville, à quelques pas d’un curieux cimetière pour animaux. Inadaptable au cinéma, l’horreur folle et baroque de ce terrifiant vertige constitue l’un des sommets de l’œuvre – ô combien chaos – de Stephen King.»

Beloved de Toni Morrison
«Une maison est hantée par le fantôme d’un bébé, assassiné par sa mère afin de lui éviter une vie d’esclave. Un chef d’œuvre sur la mauvaise mémoire de l’Amérique, porté par l’écriture flamboyante et incantatoire de la plus grande romancière vivante.»

Mariage contre nature de Yukiko Motoya
«Une femme se rend compte, un jour, que son visage et celui de son mari sont parfaitement identiques. Une fascinante réflexion sur le couple où le minimalisme laisse suffisamment d’espace au trouble et à l’étrange – jusqu’à un dénouement d’un surréalisme absolument WTF.»

Petite sœur, mon amour, de Joyce Carol Oates
«Une fillette championne de patinage artistique est sauvagement assassinée. Inspirée du fameux cas JonBenét Ramsey, Joyce Carol Oates livre un portrait de famille totalement déglingué, miroir brisé d’une Amérique entre sublime et pathétique.»

La Cloche de détresse de Sylvia Plath
«Quelques jours dans la vie d’une jeune femme lauréate d’un concours de poésie invitée à New York. Récit poignant et hypersensible d’une héroïne prisonnière d’une cage de verre, du cynisme au désespoir, dans un monde qui ne semble fait ni pour elle, ni pour qui que ce soit.»

Le Vent de Dorothy Scarborough
«Dans les années 20, une orpheline part s’installer chez son cousin du Texas. Avant le chef d’œuvre de Sjöström, il y a ce livre tout aussi génial – et pourtant méconnu. Son autrice y déchaine (littéralement) les éléments dans un récit de solitude aussi glaçant que vibrant.»

Orlando de Virginia Woolf
«Un jeune noble anglais devient ambassadeur en Turquie, se réveille femme, côtoie des Tziganes, devient femme de lettres… Une souffle fou, d’une modernité et d’une liberté iconoclastes, par l’un des esprits les plus brillants – et chaos – de la littérature.»

SARAH CHICHE (Écrivaine)

Des arbres Ă  abattre de Thomas Bernhard
«Un écrivain taiseux se retrouve dans un dîner chez un couple d’artistes viennois bouffi de suffisance. Une mise en pièces inégalée du semblant social.»

Le projet Vietnam de JM Coetzee
«La plus belle chose que j’ai pu lire sur un déclenchement paranoïaque.»

Inferno de August Strindberg
«Livre immense sur le délire de damnation.»

L’homme assis dans le couloir de Marguerite Duras
«Le texte le plus cru et ouvertement BDSM de Duras sur la sexualité.»

The Shining de Stephen King
«Lu une nuit à la campagne. Ai mis des semaines à m’en remettre.»

La Pianiste de Elfriede Jelinek
«RĂ© rĂ© rĂ© rĂ©…»

La folie du jour de Maurice Blanchot
«Pour ces deux phrases: «Chaque personne a été un peuple pour moi», «J’ai été obscur dans autrui.»

Blesse, ronce noire de Claude-Louis Combet
«Un frère, une sœur, un amour fou, vénéneux, malade. »

Creep show de Stephen King et Wrightson
«Des fantômes, des cafards, des zombies, et de l’herbe qui pousse dans les yeux et sur la langue.»

Le Quatuor d’Alexandrie de Lawrence Durrell, ex æquo avec L’homme sans qualités de Robert Musil
«Deux livres monde, l’un qui a pour toile de fond l’Égypte, l’autre, l’Autriche. La guerre, l’amour, le désir, dans des mondes perdus, en décomposition.»

SVEN HANSEN-LOVE (Ecrivain)

Le DĂ©mon de Hubert Selby Jr
«Le plus CHAOS. A traumatisé des générations de lecteurs masochistes.»

La Littérature nazie en Amérique de Roberto Bolaño
«Le livre le plus puissant et original de ces cinquante dernières années. Vies imaginaires et tendres (!) d’écrivains fascistes sud-américains. Seul Bolaño pouvait concevoir telle œuvre.»

L’art et la manière d’aborder son chef de service pour lui demander une augmentation de Georges Perec
«Cette liste sans un Perec eut été un outrage. Sans doute le plus vertigineux du maître. Féroce satire sociale.»

L’Homme-dé de Luke Rhinehart
«L’histoire d’un homme qui décide un beau jour de jouer sa vie aux dés. Œuvre clé de la littérature nord-américaine. Suscita bien des vocations (de joueurs de dés).»

Catch 22 de Joseph Heller
«La Seconde Guerre mondiale vue sous le prisme de l’absurde. Kafka et Père Ubu dans un bombardier. Toujours aussi drôle, 80 ans plus tard.»

Le visage de l’autre de Tom Tryon
«Récit qui contient le twist le plus spectaculaire jamais imaginé (plus encore que Psychose de Robert Bloch). Superbe adaptation au cinéma de Robert Mulligan en 1972.»

Éden, Éden, Éden de Pierre Guyotat
«Poème incantatoire, d’une violence et d’une crudité absolue, noire, désespérée. Aussi difficile à lire que puissant. L’expérience des limites littéraires toujours repoussée.»

Le Troisième Reich de Roberto Bolaño
«Livre qui se joue autant qu’il se lit. Réflexion sur le mal, mais aussi sur la narration. Avec ce roman inclassable, Bolaño explore de nouveaux territoires.»

Le Moine de Matthew Gregory Lewis
«Écrit à l’origine pour distraire la mère de l’auteur. Incroyablement subversif pour son époque (1796). Mainte fois copié, jamais égalé.

100 bonnes raisons de me suicider tout de suite de Roland Topor
«Pour clore cette liste — le titre parle de lui-même. Et c’était avant le réchauffement climatique !»

CLAIRE LEGENDRE (Ecrivaine)

American Psycho de Bret Easton Ellis
Histoire de l’œil de Georges Bataille
Suicide de Edouard Levé
Les grandes blondes de Jean Echenoz
La nuit remue de Henri Michaux
Forêt noire de Valérie Mréjen
Douleur exquise de Sophie Calle
Microfictions de RĂ©gis Jauffret
1993 de Mehdi Belhaj Kacem
Wilt (1, 2, 3, 4) de Tom Sharpe

DIDIER PERON (Journaliste Libé)

Le Diable Vert de Muriel Cerf
Salopes de Denis Cooper
Face aux ténèbres de William Styron
Absalon, Absalon! de William Faulkner
Les Inachevés de Reinhard Jirgl
Guerre et guerre de Laszlo Krasznahorkai
La vie mode d’emploi de George PĂ©rec
Terreurs d’Ă©tĂ© de Ana Maria Ortese
Enterrement Ă  Theresienbourg de Miroslav Krleza
Manifeste incertain (Tome 1 Ă  7) de Frederic Pajak

OLIVIER TEXIER (Auteur de BD)

Les 120 Journées de Sodome du Marquis de Sade
«Le plus monstrueux, le plus «chaos» et le plus savoureux des livres! Au-delĂ  des atrocitĂ©s dĂ©crites et de sa philosophie radicale, je trouve qu’il y a chez Sade un grand rire rabelaisien qui est rarement mis en avant!»

Paysage de Fantaisie de Tony Duvert
«Prix MĂ©dicis Ă  sa sortie en 1973, c’est un livre que personne ne sortirait aujourd’hui, sorte de version très cruelle et très sexuelle de Sa majestĂ© des mouches! L’Ă©mission Mauvais Genres sur France Culture a consacrĂ© une passionnante Ă©mission Ă  Tony Duvert.»

Les Saisons de Maurice Pons
«Ma lecture la plus importante de l’annĂ©e passĂ©e! Jamais la pourriture n’a Ă©tĂ© si prĂ©cisĂ©ment dĂ©crite, et la bĂŞtise des habitants de ce village reculĂ© dans lequel il n’y a que deux saisons (automne pluvieux et hiver glacial) est Ă  hurler de rire! Merci Maurice Pons!»

Le DĂ©mon de Hubert Selby Jr
«Bien avant le tueur psychopathe fan de Donald Trump du AmĂ©rican Psycho de Bret Easton Ellis, Hubert Selby Jr invente la plongĂ©e en apnĂ©e dans la psychĂ© d’un pervers. Un cauchemar perturbant et fascinant, qui me hante encore.»

Les Terres occidentales / Les Cités de la nuit écarlate / Parages des voies mortes de William Burroughs
«Je pense avoir lu tout ce qui a pu se traduire de William Burroughs en français, et plutôt que de citer une énième fois Le Festin Nu, je préfère revenir sur une trilogie romanesque beaucoup plus lisible que ses textes en cut-up, tout aussi excitante et largement moins connue.»

Purulence de Amoreena Winkler
«L’autobiographie crue d’Amoreena Winkler, d’une enfance passĂ©e au sein d’une secte fanatique et pĂ©dophile dans les annĂ©es 70. Une Ă©criture lumineuse, une lecture glaçante.»

Hogg de Samuel Delany
«Quand l’Ă©crivain de SF Samuel Delany se lâche, il vous emmène très loin. Pisse, merde, auto-mutilation et sexe contre-nature… et le pire c’est que c’est très drĂ´le!»

Les 11 000 verges de Guillaume Apollinaire
«Avec Les 120 journĂ©es de Sade, le second classique de ma sĂ©lection. L’humour et la poĂ©sie d’Apollinaire sont mis au service d’une grande aventure porno-scato qui se lit comme un conte de fĂ©e !»

Eden Eden Eden de Pierre Guyotat
«AppelĂ© sous les drapeaux pendant la guerre d’AlgĂ©rie, Pierre Guyotat exorcise l’horreur de la domination coloniale, théâtre de mort et de violence sexuelle, dans un texte hallucinĂ©.»

OMWOT, prédateur de la terreur de Benjamin Marra
«La seule BD de ma sĂ©lection, mais quelle BD! Je lis tout ce que je peux en matière de bandes dessinĂ©es tordues, et je peux vous le dire : l’auteur amĂ©ricain Benjamin Marra est le champion toutes catĂ©gories!»

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here