Pour la première fois publié, le légendaire album de photographies pornographiques personnelles de Michel Simon, acteur-monstre génial collectionnant les objets érotiques et pornographiques de façon compulsive. Soit 210 photos inédites, connues et recherchées par les amateurs, offertes à nos yeux impurs.

C’est un objet culte de chez cul. On se souvient précisément d’une photo ayant fait scandale en décembre 2007, quand deux des plus importants collectionneurs d’objets érotiques en France, Jean-Pierre Faur et Emmanuel Pierrat avaient mis en vente chez Drouot une partie de leurs «Erotica». La Poste (oui, oui, notre Poste), découvrant dans le catalogue de la vente ledit objet du délit, avait refusé de l’expédier en envoi décachetable obligeant le commissaire-priseur à opter pour l’emballage spécial pornographie. Qu’y voyait-on sur cette photo? Le célèbre acteur Michel Simon, monstre de cinéma, prodiguer une fellation sur un travesti. Les deux protagonistes regardant ostensiblement et joyeusement l’objectif du photographe. Une photo parmi d’autres figurant dans la collection d’objets et images érotiques de cher Mimi, refermant d’autres attentats à la pudeur: la figurine d’un cardinal de Richelieu priapique sous sa soutane, des éditions originales de Sade, des automates membrés, des sièges phalliques, des godemichés tous azimuts dont un, phénicien, âgé de 3000 ans.

Deux ans après la mort de cette légende du cinéma français en 1975, près de 13.000 pièces ayant appartenues à l’acteur sont dispersées par ses héritiers. On y trouve notamment une belle collection de montres anciennes constituée par Joseph, le père de l’acteur. Fervent polisson, ce dernier y a ajouté quelques pièces rares et d’un genre particulier: des montres érotiques pourvues de mécanismes secrets dissimulant des représentations pornographiques. Ne se contentant pas de collectionner, Michel Simon, qui a milité après guerre pour la réouverture des maisons closes, tenait à enrichir son patrimoine des souvenirs de sa sexualité très libre, l’entraînant à fréquenter quasi-quotidiennement les filles de joie, de la rue Saint-Denis au cabaret de luxe le One-Two-Two, et pas seulement. Si le démentiel acteur de L’Atalante, de Boudu sauvé des eaux et de La Beauté du diable ne faisait pas mystère de ses goûts et de ses appétits en la matière, on n’avait jusqu’alors jamais eu accès à sa collection personnelle. Ce sera désormais possible dès le 22 octobre dans cet album présentant pour la première fois au public les photos personnelles de l’illustre pornocrate monstre sacré et sacré monstre, non plus refilées sous le manteau ou accessibles en deux clics sur Google images. Un must-have chaos-collector présenté par Alexandre Dupouy et disponible chez La Manufacture de livres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici