Deux films de Bustillo & Maury en 2021. Après The Deep House, sorti en salles, Kandisha, leur relecture de Candyman, a été balancée en VOD cet été sans prévenir, au risque de passer sous le radar.

Trois amies d’enfance invoquent l’esprit de Kandisha, créature vengeresse issue d’une légende marocaine. Un jeu qui tourne au cauchemar quand leurs proches se mettent à tragiquement disparaître. Les jeunes filles vont alors faire tout leur possible pour essayer de contrer cette créature maléfique. On était assez impatient de découvrir ce film d’horreur du duo Bustillo & Maury, puis on a découvert sa sortie en catimini en VOD à la faveur de l’été, sans la moindre promo, sans soutien de la part de SND (est-ce bien surprenant?).

Présenté comme un remake made in France du Candyman de Bernard Rose, adaptation d’une nouvelle de Clive Barker (cf. notre dossier sur l’écrivain au cinéma), Kandisha du duo Alexandre Bustillo et Julien Maury se révèle très vite décevant par son académisme assumé, et ce, dès la fin de la première scène: une introduction tournée à l’aide d’un drone, qui décolle du haut d’une tour de cité, pour atterrir dans la salle mal éclairée d’un kebab. Passé cette introduction et la compréhension du mécanisme horrifique qui va se jouer dans cette communauté, le contenu vire rapidement au déjà-vu, bon et lisse, comblé de scènes d’horreur attendues, scolaires et pratiques.

C’est dommage car Bustillo et Maury, réalisateurs de A l’intérieur, n’en sont pas à leur premier rodéo, bien au contraire. Et on pensait qu’avec The Deep House, sorti juste avant en salles et soutenu ici même, ils avaient passé un cap. Las, on assiste bel et bien à une pale redite du Candyman de Bernard Rose jusqu’à sa conclusion, sans la musique de Philip Glass, le générique de début, le mystère, le charme, l’angoisse, la trouille… Cela dit, on louera le travail de la photographie, lié à ce décor urbain (situé en banlieue parisienne), qui met en valeur le jeu de jeunes acteurs, plutôt doués, notamment la bande de filles menée par l’excellente Mathilde La Musse, qui fonctionne bien et sauve, par la même occasion, la direction du projet. S.R.

Kandisha, disponible en SVOD

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici