Lee Kang-Sheng, acteur fĂ©tiche de Tsai Ming-Liang, a rĂ©alisĂ© plusieurs longs-mĂ©trages dont le plus plĂ©biscitĂ© reste Help me Eros (2005) – aprĂšs l’obscur The Missing (2003). Un homme, seul au monde, y fait bouillir un peu d’eau pour rĂ©chauffer ses sentiments froids. Une femme obĂšse qui n’est plus touchĂ©e par son compagnon depuis des lustres comble ses manques en tchatant sur Internet. Une prostituĂ©e qui se vautre dans le sexe tarifĂ© pour Ă©chapper aux sentiments qui font mal au cƓur. C’est du Tsai Ming-Liang sans le style mais il demeure un beau regard sur des hommes et des femmes effrayĂ©s par le contact humain – morale : aujourd’hui, on ne regarde plus ceux qui sont autour d’eux (peur de souffrir Ă  nouveau) et on prĂ©fĂšre reluquer l’écran de son ordinateur. Une once de noirceur supplĂ©mentaire, et on basculait dans la tragĂ©die pathĂ©tique relevĂ©e de pathos. On y Ă©chappe. Presque.
Au niveau des surprises, il y a une INCROYABLE scĂšne de sexe comparable Ă  celle qui fermait La saveur de la pastĂšque. Situons-la : le protagoniste (Lee Kang-Sheng donc) et sa copine prostituĂ©e d’un soir – tous les deux trĂšs beaux et trĂšs nus – sont allongĂ©s sur le ventre, Ă  moitiĂ© endormis. Alors qu’il a les moyens d’assouvir tous ses fantasmes avec une conquĂȘte, le mec regarde, imperturbable, l’écran de son ordinateur et participe activement Ă  un t’chat sur MSN oĂč il demande Ă  sa complice anonyme d’envoyer une photo d’elle. Il la reçoit, la regarde et voit deux filles: une bombe et une obĂšse. Et lui rĂ©pond, sĂšchement : « c’est qui la grosse Ă  cĂŽtĂ© de toi ? ». La grosse, c’est bien entendu sa partenaire virtuelle. Et bien entendu, cette derniĂšre va rĂ©pondre qu’il s’agit d’une amie. Pendant ce temps, celle qui est allongĂ©e Ă  ses cĂŽtĂ©s pose une main cĂąline sur son dos ruisselant, longe son corps et descend jusqu’en bas des reins pour prodiguer une caresse intime dont elle a la spĂ©cialitĂ©. Outre le fait que cette scĂšne Ă©rotique est incroyablement intense, elle met en relation deux formes de sexualitĂ© : celle qui s’épanouit dans la vie de tous les jours dans un lit et celle qui se vide Ă  travers les fantasmes d’aujourd’hui: un Ă©cran d’ordinateur, un(e) inconnu(e). Internet est dĂ©crit comme une ouverture sur un monde vaste et illimitĂ© qui nous rend petit. Au point de disparaĂźtre.