Sur le papier, cette 72e Ă©dition s’annonce très prometteuse marquĂ©e par une compĂ©tition très genre, plus aventureuse qu’il n’y paraĂ®t.

PAR GAUTIER ROOS

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la Compétition est plutôt conforme à ce qu’on vous avait promis. 18 des 19 films présentés avaient été pressentis par le Chaos.
Certains gros poissons n’ont rien de surprenant (Almodovar, Malick, Dardenne, Loach, Dolan, et aussi Desplechin, dont le montage tardif commençait à sentir le roussi). Le reste de la Compétition semble lui plus aventureux qu’à l’accoutumée, ce qui avait réussi à Frémaux et ses ouailles l’an passé.

Côté asiatique, le Bong sera bien présent (Parasite), accompagné par Diao Yi’Nan (Wild Goose Lake), dont la radicalité et la violence auraient pu le confiner aux sélections parallèles. On est heureux de retrouver Kleber Mendonça Filho (Nighthawk/Bacurau), gros pudding qui entremêle SF, western, survival et horreur, et qui risquait lui aussi la relégation vers des sélections moins exposées.

Le genre domine assez nettement l’Officielle, puisque Little Joe de Jessica Hausner, longtemps annoncĂ© Ă  Un Certain Regard, permet Ă  sa rĂ©alisatrice de rejoindre enfin la plus haute marche cannoise. Un premier film en langue anglaise qui flirte lui aussi avec la SF (l’histoire d’une plante qui produit de curieux changements chez les personnes et animaux qui l’approchent), et qui n’est pas sans rappeler le crĂ©neau occupĂ© par The Lobster il y a quatre ans (dĂ©jĂ  avec Ben Whishaw).

La sélection française est marquée par des prestigieuses promotions (Céline Sciamma et Justine Triet habituées des sélections parallèles) et par des petits nouveaux propulsés dans le grand bain cannois. On attend beaucoup d’Atlantiques (ex-La Prochaine Fois, le Feu, de Mati Diop) et des Misérables de Ladj Ly (Damien Bonard découvrant les méthodes expéditives de la BAC en Seine-Saint-Denis, dans un style sec et brutal qui se réclame de The Wire). Exit les Vincent Lindon movies, les Audiard, les Haneke version française qui ont tant encombré le contingent français ces dernières éditions: on ne peut que se réjouir de cette tentative de renouvellement, déjà amorcée avec des choix radicaux l’an passé (Godard, Gonzalez).

Notre Isabelle Huppert nationale sera bien de retour après une année blanche, dans Frankie d’Ira Sachs, mélo familial délocalisé au Portugal et produit par l’inénarrable Saïd Ben Saïd. Le seul film américain avec le Malick, et en attendant l’éventualité Tarantino, dont Frémaux a dit avoir été scotché par les premières images. Ad Astra de James Gray ne sera lui pas de la partie : le come-back de l’artillerie lourde américaine qu’on vous avait promis n’a plus que la Quinzaine pour s’exprimer (quid de Chloe Zhao ?)

Bellocchio et Porumboiu complètent la dĂ©lĂ©gation europĂ©enne, avec deux films fricotant plus ou moins avec la mafia : le premier est un biopic sur Tommaso Buscetta, ponte de la “pizza connection” surtout connu pour avoir brisĂ© l’omerta imposĂ©e par la Mafia Sicilienne ; le deuxième est une gangster comedy exportĂ©e vers les Iles Canaries, qui devrait s’amuser avec les codes du genre (la femme fatale, la grosse brute menaçante…). Elia Suleiman est lui de retour avec du… Elia Suleiman : un narrateur aux accents tatiesques et interprĂ©tĂ© par sa pomme quitte sa Palestine Ă  la recherche d’un foyer alternatif, mais rĂ©alise que son pays ne disparait pas, qu’il est en toile de fond partout oĂą il met les pieds. Un ensemble parfaitement Ă©quilibrĂ©, en somme, et surtout très sexy pour le Chaos.

Compétition
The Dead Don’t Die – Jim Jarmusch
Douleur et Gloire – Pedro Almodovar
Le Traître – Marco Bellocchio
The Wild Goose Lake – Diao Yinan
Parasite – Bong Joon Ho
Le jeune Ahmed – Jean-Pierre et Luc Dardenne
Roubaix, une lumière – Arnaud Desplechin
Atlantique – Mati Diop
Matthias et Maxime – Xavier Dolan
Little Joe – Jessica Hausner
Sorry we missed you – Ken Loach
Les Misérables – Ladj Ly
Une vie cachée – Terrence Malick
Bacurau – Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles
La Gomera – Corneliu Porumboiu
Frankie – Ira Sachs
Portrait de la jeune fille en feu – Céline Sciamma
It must be heaven – Elia Suleiman
Sibyl – Justine Triet

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here