[DOCTEUR JEKYLL ET LES FEMMES] Walerian Borowczyk, 1981

MĂŞme les petits Walerian Borowczyk valent mieux que les grands n’importe quoi

PAR JÉRÉMIE MARCHETTI

Le grand, très grand, Walerian Borowczyk n’a sans doute jamais pu passer la barrière des 80’s, faisant d’IntĂ©rieur d’un couvent son dernier grand film. RĂ©alisĂ© peu après, Les hĂ©roĂŻnes du mal Ă©tait une tentative sympathique mais limitĂ©e de rĂ©itĂ©rer l’exercice de l’anthologie façon Contes Immoraux et Boro ne trompe plus personne, mĂŞme lorsqu’il adapte Ovide ou lorsqu’il apporte sa pierre Ă  l’Ă©difice de la saga Emmanuelle (sans succès). Parmi les films très inĂ©gaux voire ratĂ©s de cette pĂ©riode, Dr Jekyll et les femmes est assurĂ©ment le plus intĂ©ressant et le plus recommandable.

La première grande idĂ©e de Borowczyk, c’est d’avoir choisi Udo Kier, qui fut successivement le baron Frankenstein et Dracula chez Paul Morrissey peu de temps avant. En 79, Borowczyk le faisait Ă©galement incarner – fugacement – Jack l’Ă©ventreur dans son très mauvais Lulu (qui annonce tristement sa fin de carrière dans la SĂ©rie rose) et faillit lui faire endosser l’armure de Gilles de Rais. Dans la peau du docteur Jekyll, l’acteur convoque une sĂ©duction et une Ă©trangetĂ© que peu d’autres acteurs auraient pu alors apporter. Pour ce qui est de l’adaptation, nous sommes Ă©videmment plus proche d’une trahison dĂ©viante comme l’Ă©tait Dr Jekyll et Sister Hyde : Borowczyk met la construction du livre de Stevenson au placard, y intègre l’Ă©pouse de l’Ă©crivain, Fanny Osbourne, et barricade le tout en huis-clos, ce qui règle plutĂ´t bien le point Ă©pineux de la reconstitution en peu de frais.

Le Dr Jekyll trifouille dans son laboratoire alors que les invitĂ©s se succèdent en l’honneur de ses fiançailles avec la belle Fanny, qui a manifestement le diable au corps et attend fĂ©brilement sa nuit d’amour. Le repas bourgeois pompeux et pompant tourne au cauchemar quand un individu sème la terreur dans le quartier et s’arrange pour pĂ©nĂ©trer dans la maison pour violer et tuer tout ce qui bouge. Mais ce monstre, qui tĂ©tanise ceux qui ont le malheur de le croiser, Ă©tait dĂ©jĂ  lĂ  avant tout le monde puisqu’il s’agit du fameux Mister Hyde qui est donc…on ne vous fera pas un dessin. Borowczyk avait effleurĂ© l’horreur dans La bĂŞte ou Contes Immoraux (avec le segment consacrĂ© Ă  la comtesse Bathory) et s’y vautre ici avec un malin plaisir : toute la cruautĂ© et le grotesque de l’entreprise repose sur du théâtre de Boulevard parasitĂ© par un carnage qui n’épargne personne. Dans une introduction bleutĂ©e terrifiante, Hyde poursuit une gamine qu’il fracasse Ă  coup de canne et tente de la violer : impitoyable.

Plus tard, on verra une vieille se faire pĂ©ter les os, un père assister Ă  la sodomie de sa propre fille (visiblement Ă©chaudĂ©e par la rumeur voulant que le sexe de Hyde soit Ă©norme !) avant de la punir avec une grosse fessĂ©e Ă  la corde, un matricide sauvage, des gros plans sur des vagins ensanglantĂ©s ou encore un Ă©phèbe violĂ© Ă  mort par ce chaud lapin de Hyde. Une sorte de slasher victorien dĂ©ment qui confirme hĂ©las que Borowczyk n’est pas toujours très Ă  l’aise avec l’action. Face Ă  une progression bordĂ©lique et au cabotinage d’un Patrick Magee rouge tomate, Dr Jekyll et les femmes sauve les meubles de bien des manières : la beautĂ© de Marina Pierro, muse tardive du rĂ©alisateur, impatiente dans son corsĂ©e dĂ©bordant ; la musique bizarroĂŻde de Bernard Parmegiani ; l’incroyable photo d’un autre temps de NoĂ«l Very ; la silhouette ultra flippante de Gerard Zalcberg (peut-ĂŞtre un des meilleurs Mister Hyde vu au cinĂ©ma) et toutes les scènes purement fantastiques. Ă€ la dĂ©coction habituelle, Jekyll se transforme en se prodiguant des bains chimiques, donnant lieu Ă  des scènes de transe humides et hypnotiques. Dans ce climat de terreur sexuel, le personnage de Miss Osbourne connaĂ®tra Ă©galement les joies de visiter son cĂ´tĂ© obscur, donnant lieu Ă  une scène finale d’amour fou comme en rĂŞvaient les surrĂ©alistes.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here