Une virée qu’on oublie pas pour un film oublié. Eckhart Schmidt ou la deutsch horror eighties.

PAR JEREMIE MARCHETTI

On avait (re)découvert, fébrile, le très achtung achtung Der Fan, où une sex fan des eighties se mourrait d’amour pour un chanteur de new-wave. Une histoire d’obsession qui faisait l’effet d’une glace à l’arsenic qui fondait sous la langue durant 1h20. On s’est donc demandé où était passé son réalisateur  Eckhart Schmidt, abonné pendant une majeure partie de sa carrière aux documentaires : l’arbre qui cache le chaos bien entendu. Peu après Der Fan, le bonhomme s’est en effet voué au cinéma de genre, avec du thriller néon (Alpha City), du home invasion bizarroïde (le raté Loft) ou de la féerie cucul pour adultes (Der Sandmann, d’après Hoffmann donc, ou Undine, avec Isabelle Pasco en sirène, on vous jure). Mais tout ça ne vaut pas Das Gold der Liebe, un fulgurant cauchemar punk qui ne sorti jamais de son pays natal (comme Der Fan d’ailleurs).

Une nuit, un éclair de lune caresse les draps de Patricia. Une voix chuchote. La jeune fille se lève, s’engage dans la nuit avec pour seul but, aller à un concert. Encore une der fan oui. Dans son trouble, elle a oublié son portefeuille et en pleurera (littéralement) des larmes de sang. Elle tente pourtant d’esquiver le guichet, entre les groupies et les dealers. Dans une ruelle, elle voit ce qu’elle n’aurait jamais dû voir : un meurtre sauvage, perpétrée par une brunette vampirique. Voilà la douce et impassible Patricia courir les rues viennoises, où chaque porte poussée semble la précipiter vers un nouveau monde d’effroi, comme ce bar obscène où traîne des cadavres ou cette pythie rougeoyante.

Moins dans la contemplation clinique de Der Fan, Das Gold der Liebe change quelque peu de braquet : plus poétique, plus psyché, plus violent. Couteau dans la bouche et dans le sexe, bagnole aveuglante : Vienne, ville de vampires sauvages, d’âmes damnées et de suicidaires, réveillant ses morts et ses meurtriers. Et cette caméra qui sillonne les ruelles, plein phare.

Avec ses faux airs de Valerie Dore (mais si mais si), Alexandra Curtis s’éloigne à grand pas du prestige paternel (c’est la fille de Tony Curtis) et parcourt de ses yeux tristes une mégapole spectrale, où l’on danse les yeux au plafond ou au sol sur Blumchenn Blau ou D.A.F. Plus le métrage avance, plus il s’emballe et s’enfonce dans un cauchemar gluant: sa dernière partie, perdue dans le territoire des défunts, voisine sur des terres Argentesques.

Alo ? ALO KINDER ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici