[CRITIQUE] UNDERCOVER – UNE HISTOIRE VRAIE de Yann Demange

Tu seras un héros, mon fils.

À Détroit, dans les années 80, au plus fort de la guerre contre l’épidémie de crack, voici the true story plus classique tu meurs de Richard Wershe Jr., soit “le plus jeune informateur du FBI de l’histoire”. La grandeur du jeune Richard donc (Richie Merritt), c’est d’avoir entretenu de sacrés liens intenses avec son papa (Matthew McConaughey qui fait bien coucou avec sa nouvelle coupe mulet) et qui, ado, fut informateur pour le compte du FBI. La décadence, c’est qu’il est devenu lui-même trafiquant de drogue et, du coup, il a été abandonné par ceux qui l’avaient utilisé. Nothing new dans cette true story au fort potentiel Scorsesien et c’est le premier souçaïe (prononcez comme “ophélaïe”). On voit bien à des kilomètres la zolie intention du film: raconter que le rêve américain reste un sacré leurre. OK mais cette intention elle-même recèle ses limites: si l’on aimerait nous en foutre plein les mirettes et nous donner l’impression de jamais-vu, on a hélas celle d’avoir tout déjà-très-vu, ne serait-ce que dans l’habillage fringuant assez proche de David O. Russell période American Bluff. D’où le manque d’originalité, voire de fantaisie, de ce gentil film anecdotique que ce soit dans sa description sommaire et sans ambiguïté réelle du gangstérisme ou dans cette reconstitution un poil javellisée des années 80, BOF ad hoc. Bref, vu le réal bon filmeur aux manettes, auteur d’un passionnant 71′, on espérait plus et mieux. J.F.M.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here