Héléna réalise un vieux rêve : ouvrir un petit commerce. Elle loue un local abandonné et monte son affaire. Mais son mari Otávio perd subitement son travail et toute la famille est fragilisée. Au même moment, l’installation de l’épicerie ne se fait pas sans problème : des produits disparaissent, une odeur étrange imprègne le local et une tâche sur le mur ne cesse de grandir. Le local semble prendre vie, dans un climat qui perturbe toutes les personnes présentes, à commencer par Héléna et sa famille.

Au dĂ©part, on ne se doute de rien, d’autant que le mĂ©lange de satire (l’humiliation inhĂ©rente au monde du travail) et de drame (la quiĂ©tude familiale bouleversĂ©e) se rĂ©vèle assez inclassable. Puis, progressivement, sans mĂŞme que l’on ne s’en rende compte, Trabalhar Cansa s’aventure dans un registre audacieux : le film d’horreur aux couleurs sournoisement contemporaines. Juliana Rojas et Marco Dutra, jeunes trentenaires toquĂ©s de films fantastiques, rĂ©ussissent une incursion inattendue dans un genre peu voire pas frĂ©quentĂ© au BrĂ©sil. Ce qui sĂ©duit spĂ©cifiquement dans ce coup d’essai rĂ©side dans une forme d’angoisse subtile, orchestrĂ©e avec un calme impavide et accentuĂ©e par la pression sociale, qui rompt avec la dictature de l’explicite en vogue depuis Le Projet Blair Witch (la mode du Found Footage).

Le scĂ©nario prĂ©fère le mystère aux explications, jalonnant le rĂ©cit d’ellipses, d’indices incongrus, de signes bizarres. Les personnages, confrontĂ©s Ă  l’extraordinaire dans un contexte ordinaire, sont particulièrement bien Ă©crits et bien interprĂ©tĂ©s. Autour d’eux, les objets les plus banals acquièrent un potentiel inquiĂ©tant. Le spectateur, lui, n’a jamais une longueur d’avance sur les Ă©vĂ©nements. PassĂ©e une dĂ©couverte monstrueuse (au sens propre) qui met un terme Ă  toutes les spĂ©culations, le film se conclut sur une scène hilarante qui fait office de dĂ©fouloir et permet de relâcher la tension. Une approche sensible et ludique de cinĂ©ma de genre largement redevable Ă  M. Night Shyamalan.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here