[CRITIQUE] LA FEMME DE MON FRERE de Monia Chokri

0
589

Montréal. Sophia, jeune et brillante diplômée sans emploi, vit chez son frère Karim. Leur relation fusionnelle est mise à l’épreuve lorsque Karim, séducteur invétéré, tombe éperdument amoureux d’Eloïse, la gynécologue de Sophia… En faisant l’ouverture de la section Un Certain Regard, Monia Chokri, actrice des Amours Imaginaires de Xavier Dolan, passe de l’autre côté de la caméra avec une comédie familiale pas comme les autres. D’ailleurs, on devrait plutôt parler de comédie romantique, avec cette particularité qu’elle a lieu entre une sÅ“ur et son frère, ce qui n’est pas si courant en dehors du champ pornographique. Sophia (Anne-Elisabeth Bossé) est en pleine crise de la 35aine (trop embourgeoisée pour accepter n’importe quel petit boulot, trop dépendante de ses proches pour leur lâcher la grappe financière). Elle tombe de haut lorsque son frère Karim, le coureur Patrick Hivon, ficelle une romance avec sa propre gynécologue obstétricienne… L’exubérance des personnages rappelle les premiers Dolan (l’homme à la houppette n’est jamais bien loin), une fois encore les sous-titres anglais sont insuffisants pour un public francophone, et les jump cuts incessants auraient pu vite nous faire sortir le sac à vomi. Pourtant la formule fonctionne, relevée par des dialogues mitraillés à un rythme assassin, et bien aidée par un scénario tumultueux qui prend soin d’éviter la chronique adulescente sympathique mais indigeste passée la première demi-heure. On ajoute illico presto cette reprise en VF d’A well respected man des Kinks par Petula Clark à notre playlist de l’année, et on se quitte avec cette réflexion féministe aussi drôle que cinglante : «On passe la moitié de sa vie à se trouver grosse, et l’autre moitié à se trouver vieille et grosse». G.R.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici