[CRITIQUE] HUBIE HALLOWEEN de Steven Brill

Hubie n’est pas très populaire dans sa ville du Massachusetts. Pourtant, cela n’arrête pas cet homme bon mais peureux de protéger la population le jour d’Halloween. On attendait avec une certaine curiosité cette comédie horrifique calibrée pour Halloween se déroulant à Salem avec Adam Sandler, des amis, des sorcières, des tee-shirts et des déguisements impossibles. Avec cette production diffusée sur Netflix, Sandler allait-il produire un nouvel exploit après sa perf dans le formidable Uncut Gems des Safdie bros ou plutôt retourner comme un pied de nez vers le registre de la comédie grasse comme à chaque fois qu’il atteint un sommet (sa période post-Punch Drunk Love)? Deuxième option! Oubliez donc tout espoir: Sandler, dont on n’oublie à quel point il est archi-populaire aux Etats-Unis, a beau avoir signé un contrat de 275 millions de dollars avec sa maison de production Happy Madison pour 4 nouveaux longs-métrages sur la célèbre plate-forme, il n’est pas question de faire le moindre effort.

Car c’est bel et bien la fainéantise qui frappe le plus dans Hubie Halloween: l’acteur retrouve sur ce coup une composition que l’on pensait par bonheur tombé en désuétude, celui du simplet attachant à la Waterboy (Frank Coraci, 1998), à qui l’on refourgue une maman gâteau, un thermos multi-fonction, un défaut d’élocution. Et l’humour, tout en running-gag épuisants, d’être au diapason pendant une longue heure quarante. De quoi décevoir ceux qui avaient ri comme des baleines à la sortie de Little Nicky (2000) du même duo Sandler/Brill – ce dernier avait déjà réalisé ses deux précédents direct-to-Netflix de cher Sandler, soit The Do-Over et Sandy Wexler, d’une qualité malheureuse. Reste le plaisir de croiser des guest-potes (Rob Schneider, Kevin James, Maya Rudolph, Julie Bowen déjà dans Happy Gilmore, Ben Stiller et même Shaquille O’Neal) et de super acteurs pas vus depuis trop longtemps: Ray Liotta qui aime les blagues aux enterrements et Steve Buscemi dans un rôle ravivant un autre fantôme de cinéma, son personnage dans Ghost World. C’est hélas un peu tout. J.F.M.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici