Deuxième film de James Foley sous la double influence de Nicholas Ray et Elia Kazan (le scénario est écrit par son fils), Comme un chien enragé reste un impressionnant polar diurne porté par le duo Christopher Walken et Sean Penn. Un regard sans concession sur la jeunesse américaine de la fin des seventies avant les années Reagan.

Si l’architecture scénaristique de la fin des années 80 a pu avoir tendance à assujettir l’héroïsme au texte, une branche rebelle ne s’est pas privée d’ébranler les piliers idéologiques qui soutenaient l’édifice du cinéma hollywoodien. Cette voie, moins radicale mais audacieuse, continue d’émerger en DVD et Blu-ray. Comme un chien enragé (At Close Range aux US), largement centré sur une relation père-fils nauséabonde, en offre un passionnant exemple. Ecrit par Nicolas Kazan (fils d’Elia) et convoquant les talents de Christopher Walken et Sean Penn, l’œuvre a cependant déplu lors de sa sortie. On lui reprochait sa noirceur, son absence de happy ending triomphant, et une mise en scène taraudée par des cauchemars. Pourtant, les affres et la terreur de ce duel ont ravi toute une génération.

Au fil de l’histoire, James Foley tisse une toile portant plusieurs intrigues, mais rares sont les fois où chacun sait où il va. Pas même Chris Penn (frère de Sean), qui joue également son frère dans le film. Les deux semblent divaguer dans le crime à la petite semaine. Il ne leur manque qu’un but dans la vie pour que le regard absent qu’ils traînent continuellement se mue en affolement hébété. Ainsi, lorsque leur père vient leur proposer du boulot, ils foncent, en dépit des risques, et ignorants des dangers que représentent une véritable vie de truand. Ils ne font que suivre leur père, pourrait-on dire, pour les excuser. Même sans jumelles, il aurait été facile de voir le piège se dessiner devant eux. Sean Penn, par chance, est le premier à le remarquer, après avoir enchainé, bien sûr, les désillusions les plus frontales qui soient.

Idéalement programmé lors d’une soirée sur le thème des illusions perdues, Comme un chien enragé se classe en bonne compagnie avec Nos funérailles d’Abel Ferrara et Les Anges de la nuit de Phil Joanou. Il complète un tableau. Celui qu’aurait pu être cinéma de gangsters si ce dernier n’avait pas chuté dans la boue des remakes et des digressions morales où, justement, il y des happy ends. Moins flamboyant que d’autres, il joue à nous montrer une atmosphère, un environnement, aussi violent soit-il, avant de nous bercer avec Live to Tell de Madonna.

Titre original: At close range – Réalisation: James Foley – Scénario: Nicholas Kazan & Elliott Lewitt – Acteurs: Christopher Walken, Sean Penn, Kiefer Sutherland – Sociétés de production : Hemdale Film Corporation – 111 minutes – Sortie: 1986

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici