Christopher Walken, voyage au bout du chaos

0
573

Lorsqu’il rentre dans la salle, le jeune chien fou du Nouvel Hollywood apparaĂźt dĂ©sormais comme un vieux sage, dont les paroles ont captivĂ© le public du Champs-ElysĂ©es Film Festival une heure durant. Avant dedevenir le comĂ©dien que l’on connaĂźt, Christopher Walken a failli ĂȘtre danseur (une discipline qui le poursuivra nĂ©anmoins toute sa carriĂšre) et fut mĂȘme dompteur de lion! C’est par le thĂ©Ăątre qu’il devient acteur, intĂ©grant l’univers foisonnant du cinĂ©ma un peu par accident. On s’en doute bien, du haut de ses 76 ans, Chris Walken a connu peu ou prou tout le monde, et n’a pas lĂ©sinĂ© sur les Ă©loges, saluant la dĂ©licatesse d’un Spielberg, la gĂ©nĂ©rositĂ© d’un Tony Scott, le gĂ©nie d’écriture d’un Tarantino, l’excentricitĂ© d’un Ferrara… C’était aussi l’occasion pour lui de revenir sur les aspects les moins iconiques de sa carriĂšre, comme son passage derriĂšre la camĂ©ra pour signer Popcorn Shrimp, un court-mĂ©trage qu’il nous intime lui-mĂȘme de ne pas regarder, et Ă©voquer avec une certaine amertume les annĂ©es 2000, durant lesquelles on le cantonne aux comĂ©dies suite Ă  ses quelques passages au SNL. Et puisqu’il faut ĂȘtre concis, on ne retiendra que trois de ses rĂŽles emblĂ©matiques: le pĂšre illuminĂ© des frĂšre Penn dans At Close Range, le psychopathe peroxydĂ© Max Zorin dans Dangereusement VĂŽtre et bien sĂ»r Nick le bidasse dans Voyage au bout de l’Enfer, qui lui valut un Oscar.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaĂźt entrez votre commentaire!
S'il vous plaĂźt entrez votre nom ici