Accueil Chaos memories

Chaos memories

[LA FORTERESSE NOIRE] Michael Mann, 1983

La Forteresse noire demeure l’unique excursion de Michael Mann dans le cinéma fantastique. C'est aussi un film maudit fascinant au-delà du réel. Au rayon film maudit/maudit film, La forteresse noire en impose:...

[DE BRUIT ET DE FUREUR] Jean-Claude Brisseau,1988

Nul ne peut ignorer la dimension visionnaire de De bruit et de fureur, annonçant le mal-être et l'explosion sociale dans les cités avec autant de violence que de grâce. PAR ROMAIN LE...

[BLUE VELVET] David Lynch, 1986

Dans l’univers de David Lynch, Blue Velvet ressemble à une sinécure en comparaison des labyrinthiques Mulholland Drive ou Lost Highway. Pour autant, on a toujours pas fini d’épuiser ses beautés... Quand la caméra...

[M. BUTTERFLY] David Cronenberg, 1993

Les mutants de l’Interzone du Festin Nu, l’insecte amoureux de La mouche ou les jumeaux fusionnels de Faux Semblants furent autant de consécrations pour Cronenberg: enchaînement parfait. A l’époque, on prend peur...

[SNAKE OF JUNE] Shinya Tsukamoto, 2002

Réalisé après Gemini, film de commande taoïste sur la fusion de deux jumeaux (la réunion des thèmes musicaux – au départ distincts – la soulignaient), ce suspense érotique renoue avec les...

[SIMETIERRE] Mary Lambert, 1989

Après un Ça aux allures de bonbon générationnel, c’est un autre célèbre pavé de Stephen King qui regagne les salles obscures: Simetierre. Et en rejetant un petit regard en arrière, on...

[MORE] Barbet Schroeder, 1969

A la fin des années 60, Schroeder signe son premier long métrage sur le mouvement hippie à Ibiza, les nouvelles formes de toxicomanie et les rêves qui contiennent les germes de...

[LOST HIGHWAY] David Lynch, 1997

Par la variété des lectures qu’il supporte, Lost Highway invite à méditer sur les forces secrètes qui travaillent notre quotidien le plus familier, en posant une question propre à chacun: sommes-nous...

[VELVET GOLDMINE] Todd Haynes, 1998

Bowie partout, Bowie nulle part. Beau oui comme Bowie, Velvet Goldmine rappelle à quel point elles étaient glam nos adolescences dorées. Le génial réalisateur de Safe et Poison faisait des étincelles...

[INNOCENCE] Lucile Hadzihalilovic, 2005

Quelque part, dans une forêt, une école. Là, isolées du monde, de très jeunes filles apprennent la danse et les sciences naturelles… Premier film doux et mystérieux de Lucile Hadzihalilovic. PAR ROMAIN...
ga('send', 'pageview');