Accueil Chaos memories

Chaos memories

[KITTEN WITH A WHIP] Douglas Heyes, 1964

Quand l’Amérique square de Douglas Sirk rencontre celle délurée de Russ Meyer. Il faut découvrir ce formidable film chaos tombé aux oubliettes, que John Waters ne cesse de couvrir d’éloges. Une jolie...

[BIRTH] Jonathan Glazer, 2004

Un homme effectue son jogging matinal sur un mince tapis de neige. Soudain il s'effondre, atteint d'une crise cardiaque. Dans le même temps, le même souffle, une femme accouche d'un petit...

[LA VOIE LACTÉE] Luis Buñuel, 1969

L'évangile selon Buñuel. Deux pèlerins décident de se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle et rencontrent en chemin toute l'histoire de l'Eglise. C'est donc cette odyssée que raconte La Voie Lactée (1969). Une errance...

[LA BELLE CAPTIVE] Alain Robbe-Grillet, 1983

Si les turpitudes érotiques de Alain Robbe-Grillet étaient synchrones avec les aléas de la libération sexuelle (formidable Glissements progressifs du plaisir et sa cohorte d’ingénues minaudant en salles des tortures), une...

[GEMINI] Shin’ya Tsukamoto, 1999

On n'aurait jamais imaginé qu'un jour, l’infernal gobelin de métal qui fit naître la bombe Tetsuo en 1989 réaliserait un film de commande, c'est pourtant ce qui s'est passé: film d’horreur...

[L’ARBRE DE GUERNICA] Fernando Arrabal, 1975

Spectacle sidérant, Viva la Muerte de Fernando Arrabal (1971) contemplait le franquisme par la prisme de l’enfance et par la lorgnette d’une tempête toute œdipienne. Une transfiguration de souvenirs auxquelq Fernando...

[LE FUTUR EST FEMME] Marco Ferreri, 1984

Pas sûr que Ferreri ait survécu à l’image de provocateur aux mains grasses que lui ont collé des titres fameux comme La grande bouffe ou son diptyque Depardien (Rêve de Singe...

[DEAD AGAIN] Kenneth Branagh, 1991

A Los Angeles, un ancien flic tombe amoureux d’une femme qui a perdu la mémoire. Il s’avère que dans une vie antérieure, elle a été victime d’un crime violent. A l’aide...

[JE VAIS CRAQUER] François Leterrier, 1980

On connaît moults films sur les lendemains de 68 qui déchantent, les illusions qui se cassent la figure, le contre-système avalé par le système... On en connaît en revanche très peu...

[FREEWAY] Matthew Bright, 1996

Dans le cinéma US des 90’s, l’american nightmare ne passait plus par le cinéma de genre, essoré et timoré, mais par d’autres chemins de traverse: la fascination pour l’ultra-violence et la...
ga('send', 'pageview');