Accueil Chaos interdit

Chaos interdit

[LA MAISON DES PERVERSITÉS] Noboru Tanaka, 1976

Depuis le grenier, Saburo observe en secret les habitants d'une pension, leurs manies et leurs travers. Jusqu'à ce que la criminelle Minako lui rende son regard, scellant dès lors leur perverse...

[LA FILLE] Alberto Lattuada, 1978

«Bite it! Bite It!». Saviez-vous qu’il existe un film où, installé à la table du petit-déj, Marcello Mastroianni croque à pleine dents dans le popotin d’une Nastassja Kinski entièrement dévêtue? Saviez-vous...

[UNE FEMME À SACRIFIER] Masaru Konuma, 1974

Un réalisateur (Masaru Konuma) d’un côté, une actrice (Naomi Tani) de l’autre. Si chacun s’était déjà fait remarquer dans le circuit olé-olé de la Nikkatsu, ce studio nippon qui s’était lancé...

[BUTCHER MAKER, NIGHTMARE MAKER] William Asher, 1981

Un jour, on ne sait pas pourquoi, le très gentil réalisateur William Asher, venu de la télé à papa, habitué du beach movie et de la série Ma sorcière bien aimée,...

[EVIL DEAD TRAP] Toshiharu Ikeda, 1988

Vu de l’extérieur, le cinéma d’horreur japonais pourrait se limiter à deux pôles extrêmes: le raffinement du «Kaidan» (films de fantômes) et la dégueulasserie du «Torture Porn». Entre les deux, se...

[LES PREDATEURS DE LA NUIT] Jesús Franco, 1987

On peut dire ce qu’on veut sur le grand Jess Franco, dépatouiller l’art du cochon, s’enivrer sur ses zooms frénétiques ou lâcher l’affaire au bout du dixième papier peint fleuri à...

[KAMIKAZE] Didier Grousset, 1986

Nous sommes dans les années 80. Sorti du Dernier Combat et de Subway, Luc Besson se trouve en tête de gondole d’une nouvelle «nouvelle vague» française avec Jean Jacques Beinex et...

[TAKE ONE] Wakefield Poole, 1977

Warning nous dit le carton d’introduction: «n’essayez surtout pas de comprendre le film que vous allez voir, car il n’y a rien à comprendre!». Et pourtant si... Il y a tout...

[STRANGE BEHAVIOR] Michael Laughlin, 1981

Malgré la horde de psychopathes ayant déferlé sur la ozploitation (dont un Night of Fear de Terry Bourke qui annonçait les dérives crapoteuses de Massacre à la tronçonneuse), la vague du slasher...

[WEEK-END SAUVAGE] William Fruet, 1976

Il y a le Long Weekend de Colin Eggleston en 1978 (un couple s’arrache la gueule alors que la nature veut les grignoter : sublime), il y a le Savage Weekend de...
ga('send', 'pageview');