Accueil Chaos interdit

Chaos interdit

[TAKE ONE] Wakefield Poole, 1977

Warning nous dit le carton d’introduction: «n’essayez surtout pas de comprendre le film que vous allez voir, car il n’y a rien à comprendre!». Et pourtant si... Il y a tout...

[STRANGE BEHAVIOR] Michael Laughlin, 1981

Malgré la horde de psychopathes ayant déferlé sur la ozploitation (dont un Night of Fear de Terry Bourke qui annonçait les dérives crapoteuses de Massacre à la tronçonneuse), la vague du slasher...

[WEEK-END SAUVAGE] William Fruet, 1976

Il y a le Long Weekend de Colin Eggleston en 1978 (un couple s’arrache la gueule alors que la nature veut les grignoter : sublime), il y a le Savage Weekend de...

[MASSACRE AU CAMP D’ETE] Robert Hiltzik, 1983

You kaïdi aïdi äida: à la fin des années 70, Vendredi 13 et ses bourreaux de mères en fils ont gâché à tout jamais les jolies colonies de vacances. Et pourtant,...

[SPOOKIES] Thomas Doran, Brendan Faulkner & Eugenie Joseph, 1987

Encombrée de masques de latex boursouflés et d’une crasse presque palpable, la jaquette VHS de Spookies, comme tant d’autres d’ailleurs, faisait partie de ces promesses sur papier au temps des bandes...

[JACK BE NIMBLE] Garth Maxwell, 1993

Jane Campion, Peter Jackson, Lee Tamahori, Vincent Ward, Geoff Murphy... la Nouvelle-Zélande a vu défiler bien des talents durant les années 80/90 avec rattrapage sur coussinets à Hollywood. Ou alors, hélas,...

[EXTREMITES] Robert M. Young, 1986

Sourire colgate et brushing ébouriffant, Farah Fawcett était l’icône seventies par excellence: deux séries, Drôles de Dames et L’homme qui valait trois milliards, qui auront suffit à en faire celle que...

[MONDO CANDIDO] Gualtiero Jacopetti & Franco Prosperi, 1975

Papes du Mondo, ces documentaires sensationnalistes d’un goût évidemment douteux, Gualtiero Jacopetti et Franco Prosperi ont souvent été copiés, égalés, voire même dépassés dans l’ignominie durant trois bonnes décennies. Dès les...

[OSTIA] Sergio Citti, 1970

On vous voit venir, de très loin, mais Pasolini sans Pasolini, ça reste toujours Pasolini. Après la pièce de théâtre expérimentale Orgia en 1968 (manifestement captée) et le trop méconnu Porcherie...

[SEDUCTION – LA FEMME CRUELLE] Monika Treut & Elfi Mikesch, 1985

Qu’est ce qu’il était bavard le cinéma queer allemand des années 70, tout en étant très transgressif, très frondeur, très «tout». Parmi les têtes couronnés de ce royaume chaos, certes pas...
ga('send', 'pageview');