François Driancourt

Un fleuron du cinéma fantastique français de la fin des années 80, scénarisé par Jacques Audiard et ovationné par le chaos, vient de sortir en Blu-Ray (et en loucedé) chez StudioCanal.

Quand on est cinĂ©phile, il suffit de peu pour penser Ă  Cujo en voyant un saint-bernard au bout d’une laisse ou Ă  White Dog si on a la chance de croiser un berger-allemand blanc. Et si c’est un bull-terrier, c’est indubitablement Baxter qui vient frapper aux carreaux. DĂ©nuĂ© de la rage meurtrière de ses deux camarades, il n’en reste pas moins le plus inquiĂ©tant des trois: peut-ĂŞtre parce que justement, on lui a donnĂ© la facultĂ© d’articuler ses pensĂ©es tout le long de cette fable noire, prise en sandwich dans une très brève nouvelle vague du genre made in France Ă  la fin des 80’s (Baby Blood, Adrenaline ou 3615 code père NoĂ«l). Pour un premier film, JerĂ´me Boivin ne faisait rien comme personne, comète chaos dans le ciel dĂ©jĂ  un peu mou du cinĂ©ma français.

Sorti d’un refuge, le chien Baxter dĂ©couvre le monde, se dĂ©lecte d’odeurs, analyse ses interactions avec ses humains, questionne son utilitĂ© et ses instincts. Le toutou tentant Ă  la gueule d’alien change de propriĂ©taire et remonte les âges: une vieille dame digne qu’il pousse vers la dĂ©chĂ©ance, un jeune couple dont le nouveau-nĂ© va crĂ©er hĂ©las quelques interfĂ©rences, et enfin un nazillon sosie d’Antoine Doinel qui redonnera un sens SM Ă  la vie du canin seul dans sa tĂŞte. Derrière la truffe, la voix de Maxime Leroux, Ă©raillĂ©e et spectrale, achève un peu plus la bizarrerie de ce film inclassable, et dont le mĂ©lange de rigueur et de noirceur lui a Ă©pargnĂ© le poids des annĂ©es. Il y aurait presque quelque chose d’achtung-achtung avant l’heure si le film n’osait pas dĂ©raper dans une poĂ©sie morbide Ă  la lisière du fantastique, comme l’apparition fantomatique de Lisa Delamare ou cette conclusion troublante et magique.

En 2002 (c’est Ă  dire il y a un million d’annĂ©es donc), Studio Canal greffe Baxter Ă  sa collection dvd SĂ©rie Noire, avec l’habit jaune et noir qui va avec. Le film est tout sauf un polar mais soit. Et alors qu’on s’attendait Ă  une sortie chez Le Chat qui Fume ou du cĂ´tĂ© de la collection Make my Day, la maison mère garde les droits du film mais n’en fait hĂ©las pas grand chose. Sans prĂ©venir, le film se retrouve donc en exclusivitĂ© Fnac dans l’offre 2 bluray achetĂ©s = 1 offert sans aucun nouveau bonus. Sad.

L’interview de Boivin (passionnante mais trop brève) rĂ©alisĂ©e pour l’Ă©dition dvd a donc Ă©tĂ© conservĂ©, ainsi que le teaser d’Ă©poque (MEFIEZ VOUS DU CHIEN QUI PENSE!)…et c’est Ă  peu près tout. Pour les bons cĂ´tĂ©s, le prix lĂ©ger de l’Ă©dition et surtout la bonne copie HD – sans qu’il s’agisse d’un nouveau master Ă  s’arracher les yeux – tempèrent la dĂ©ception. On aurait aimĂ© un meilleur traitement, mais le film est lĂ , fringuant, Ă  portĂ©e de main, et c’est dĂ©jĂ  bien comme ça.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici