François Driancourt

Un fleuron du cinéma fantastique français de la fin des années 80, scénarisé par Jacques Audiard et ovationné par le chaos, vient de sortir en Blu-Ray (et en loucedé) chez StudioCanal.

Quand on est cinéphile, il suffit de peu pour penser à Cujo en voyant un saint-bernard au bout d’une laisse ou à White Dog si on a la chance de croiser un berger-allemand blanc. Et si c’est un bull-terrier, c’est indubitablement Baxter qui vient frapper aux carreaux. Dénué de la rage meurtrière de ses deux camarades, il n’en reste pas moins le plus inquiétant des trois: peut-être parce que justement, on lui a donné la faculté d’articuler ses pensées tout le long de cette fable noire, prise en sandwich dans une très brève nouvelle vague du genre made in France à la fin des 80’s (Baby Blood, Adrenaline ou 3615 code père Noël). Pour un premier film, Jerôme Boivin ne faisait rien comme personne, comète chaos dans le ciel déjà un peu mou du cinéma français.

Sorti d’un refuge, le chien Baxter découvre le monde, se délecte d’odeurs, analyse ses interactions avec ses humains, questionne son utilité et ses instincts. Le toutou tentant à la gueule d’alien change de propriétaire et remonte les âges: une vieille dame digne qu’il pousse vers la déchéance, un jeune couple dont le nouveau-né va créer hélas quelques interférences, et enfin un nazillon sosie d’Antoine Doinel qui redonnera un sens SM à la vie du canin seul dans sa tête. Derrière la truffe, la voix de Maxime Leroux, éraillée et spectrale, achève un peu plus la bizarrerie de ce film inclassable, et dont le mélange de rigueur et de noirceur lui a épargné le poids des années. Il y aurait presque quelque chose d’achtung-achtung avant l’heure si le film n’osait pas déraper dans une poésie morbide à la lisière du fantastique, comme l’apparition fantomatique de Lisa Delamare ou cette conclusion troublante et magique.

En 2002 (c’est à dire il y a un million d’années donc), Studio Canal greffe Baxter à sa collection dvd Série Noire, avec l’habit jaune et noir qui va avec. Le film est tout sauf un polar mais soit. Et alors qu’on s’attendait à une sortie chez Le Chat qui Fume ou du côté de la collection Make my Day, la maison mère garde les droits du film mais n’en fait hélas pas grand chose. Sans prévenir, le film se retrouve donc en exclusivité Fnac dans l’offre 2 bluray achetés = 1 offert sans aucun nouveau bonus. Sad.

L’interview de Boivin (passionnante mais trop brève) réalisée pour l’édition dvd a donc été conservé, ainsi que le teaser d’époque (MEFIEZ VOUS DU CHIEN QUI PENSE!)…et c’est à peu près tout. Pour les bons côtés, le prix léger de l’édition et surtout la bonne copie HD – sans qu’il s’agisse d’un nouveau master à s’arracher les yeux – tempèrent la déception. On aurait aimé un meilleur traitement, mais le film est là, fringuant, à portée de main, et c’est déjà bien comme ça.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici