Abonnée à la Cinéfondation et à Un Certain Regard (trois sélections), Jessica Hausner sera, avec Kleber Mendonça Filho, la caution SF de cette édition 2019. Un cinéma radical qui, comme Fogiel à ses grandes heures, ne devrait pas plaire à tout le monde.

PAR GAUTIER ROOS

Il fallait bien une autrichienne pour faire chanter FelicitĂ  Ă  LĂ©a Seydoux (grand morceau de chaos dans son film Lourdes en 2009): c’Ă©tait bien avant que le revival de la variĂ©tĂ© italienne ne gagne les playlists Spotify des jeunes gens modernes, et dĂ©jĂ  un malentendu persistait autour de la cinĂ©aste. RĂ©alisatrice de “films de festival”? Austère, la Hausner? On reconnait ici volontiers que son cinĂ©ma ne se laisse pas regarder si facilement, que son goĂ»t pour les plans sĂ©quence dilatĂ©s peut faire fuir le spectateur distrait, l’oeil fatiguĂ© par les turpitudes cannoises de la veille (et de l’avant-veille). On ne laissera en revanche pas les taxinomistes pressĂ©s ranger la cinĂ©aste dans le tout-venant des productions art et essai: son cinĂ©ma, clinique, cruel et par moment très drĂ´le, ne se nourrit pas vraiment de la diet food servie en portions gĂ©nĂ©reuses par les festoches du monde entier.

HabituĂ©e Ă  traquer une Autriche “du trompe-l’oeil et de l’Ă -plat permanent”, la scripte du père Haneke sur Funny Games (le Haneke qui nous manque hein, pas celui endimanchĂ© de Happy End) semble elle aussi fascinĂ©e par les milieux clos en proie Ă  la dĂ©crĂ©pitude (Hotel, Lourdes, Amour fou, dans trois styles fort diffĂ©rents). Son Little Joe tournĂ© en globish devrait prendre la mĂŞme pente, grâce un scĂ©nario qui s’est affinĂ© ces derniers jours: alors qu’on savait que l’intrigue tournait autour d’une mystĂ©rieuse plante qui modifie la personnalitĂ© des humains et animaux qui l’approchent, on salive en apprenant que le scĂ©nar pourrait plus se diriger vers une relecture des Body Snatchers de Don Siegel (1956), avec des corps “Ă©changĂ©s”. Miam!

PlutĂ´t qu’un vaste pudding arty vaguement assaisonnĂ© Ă  la sauce SF (risque qui n’est pas totalement Ă©cartĂ©), on croise les doigts pour assister Ă  notre futur film chaos du mois de mars 2020. Jessica 4ever…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here