Tout comme Ari Aster, Robert Eggers (The Witch) fait partie de ces rares cinĂ©astes actuels oeuvrant dans l’horreur adulte. Il devrait surprendre (voire plus) avec The Lighthouse, son nouveau film avec Willem Dafoe et Robert Pattinson, prĂ©sentĂ© Ă  la Quinzaine des RĂ©alisateurs.

PAR GUILLAUME CAMMARATA

Au cours de cette dĂ©cennie, ils sont deux Ă  ĂŞtre arrivĂ©s sans crier gare Ă  donner un coup de pied magistral dans la fourmilière et Ă  s’imposer d’emblĂ©e en nouveaux maitres de l’horreur adulte. Les deux cinĂ©astes en question ont pour point commun d’avoir fait intervenir le mal pour faire tomber les masques et rĂ©duire la sacro-sainte famille en charnier de luxe propice Ă  la naissance du DĂ©mon. A ma gauche, se trouve Ari Aster dont le prochain et très très attendu Midsommar semble prendre la tangente du film de secte dĂ©jĂ  prĂ©sente dans HĂ©rĂ©ditĂ©. A ma droite, le beau Robert Eggers, hipster fan de Ken Loach, de Federico Fellini, d’Andrei Tarkovski et de John Cassavetes, qui rejoint la sĂ©lection de la Quinzaine des rĂ©alisateurs cette annĂ©e avec The Lighthouse.

Que l’on ait ou non aimĂ© son coup d’essai (The Witch et ses visions tĂ©tanisantes), difficile de nier les qualitĂ©s esthĂ©tiques et scĂ©naristiques d’une première Ĺ“uvre jusqu’au boutiste oĂą toutes les valeurs familiales Ă©taient transgressĂ©es dans un sabbat incandescent.
Composant chaque plan avec une minutie diabolique dans leurs significations et une retenue dans la grandiloquence digne d’un vieux de la vieille qui n’aurait dĂ©jĂ  plus rien Ă  prouver, il sait ce qu’il veut. Une vision forte de la part d’un rĂ©alisateur, c’est tout ce dont j’ai besoin, nous avouait-il en entretien. Ayant reçu des Ă©loges quasi unanimes pour The Witch et Ă©tant dĂ©sormais confiant en son talent de cinĂ©aste, celui qui a Ă©tĂ© marquĂ© Ă  vie par Barry Lyndon de Stanley Kubrick, Le fils des frères Dardenne et Requiem pour un massacre de Elem Klimov nous a concocté ce qui se profile comme la grande attente horrifique de ces sĂ©lections cannoises. De l’histoire, on ne sait pas encore grand-chose (et c’est tant mieux) si ce n’est qu’elle se dĂ©roule Ă  la fin du XIXème siècle et comptera l’histoire de deux gardiens de phare (Willem Dafoe et Robert Pattinson) sur une Ă®le de la nouvelle Angleterre. 

TournĂ©e dans un en 35mm noir et blanc, cette variation expĂ©rimentale de mythe marin devrait nous en mettre plein les mirettes. Bref, comme vous l’aurez compris, attente chaos maximale!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici