Rien que d’énumérer sa filmographie nous donne le tournis: La troisième partie de la nuit (1971); Le diable (1972); L’important c’est d’aimer (1975); Possession (1981); Sur le globe d’argent (1987); Mes nuits sont plus belles que vos jours (1989); Chamanka (1996)… 

Évidemment, vous connaissez tous ses films. Évidemment, vous les avez vus et adorés, comme nous. Nous avions eu la chance d’interviewer Andrzej Zulawski en 2015, un an avant sa mort le 17 février 2016, à la sortie de son dernier film Cosmos, et il semblait le premier surpris de cette célébration sur le tard, lui qui était persuadé d’être détesté: «En France, l’accueil de L’important c’est d’aimer et Possession était désastreux. Désastreux. Vous ne pouvez pas imaginer», nous disait-il. «Pour L’important c’est d’aimer, c’était un peu moins désastreux parce que ça a véritablement divisé le public. Les spectateurs se battaient dans les salles. Au moment de la sortie, un monsieur très charmant qui tenait une salle sur les Champs-Élysées m’avait appelé et me disait : «Vous savez, je tenais déjà ce cinéma avant la Seconde Guerre mondiale, c’est la deuxième fois de ma vie que je vois des spectateurs se taper dessus. C’est une merveille!». Je lui demande alors quel est l’autre film ayant provoqué une bagarre dans son cinéma et il me répond: «La règle du jeu (Jean Renoir, 1939)». Oh punaise, c’est bien quand même, non? Pour Possession, c’était bien pire. Une vraie débâcle. Alors oui, maintenant, Possession remonte une pente un peu difficile à remonter. Le spectateur est le contraire d’un bagarreur aujourd’hui. C’est un frileux qui attend que l’histoire et le monde lui confirment sa négation et lui disent «ah, tu t’es peut-être trompé». Et c’est un peu ce qui arrive en ce moment. Ces films que j’ai réalisés il y a longtemps revivent. Ils n’arrêtent pas de revivre. Ils ne veulent pas mourir. La renaissance de ces films aux États-Unis est assez phénoménale. Jamais je n’aurais imaginé ça. Possession est vénéré par ceux qui aiment les films d’horreur mais ce n’est pas un film d’horreur. Le réalisateur italien Dario Argento se réfère très souvent à Possession dans ce qu’il raconte. Je ne connais pas beaucoup son cinéma. Mais je ne sais pas si je dois être flatté ou détruit par cette affiliation. Ça me fait penser que peut-être un film comme Possession continue d’être considéré pour les mauvaises et non les bonnes raisons. Personnellement, je regrette juste que les spectateurs n’aient pas voulu voir Mes nuits sont plus belles que vos jours à l’époque

Zuzu par Stéphane de Mesnildot
Zuzu par Philippe Rouyer
Zuzu par Gérard Delorme
Zuzu par Pacôme Thiellement
Zuzu par Yann Gonzalez
Zuzu par Jérémy Fel
Zuzu par Bertrand Mandico
Notre interview chaos Andrzej Zulawski réalisée en 2015

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici