Adieu Michael Lonsdale (1931-2020)

0
484

Michael Lonsdale nous a quittés lundi 21 septembre 2020, à l’âge de 89 ans. Hommage Chaos en cinq films incontournables.

L’Etalon de Jean-Pierre Mocky (1969)
Michael Lonsdale aura connu avec Jean-Pierre Mocky – un des grands Maîtres ès Chaos – le meilleur (Snobs!, La Bourse et la vie, La Grande lessive (!), Un Linceul n’a pas de poche…) comme le pire (Le Furet, Le Renard jaune). Avec L’Etalon, on se situe clairement dans la première catégorie: un sujet détonnant (un vétérinaire trouve le moyen de venir en aide aux femmes mariées sexuellement insatisfaites…), un metteur en scène inspiré, une musique – signée François de Roubaix – exceptionnelle, et des comédiens qui s’en donnent à cœur joie (Lonsdale donc, auquel s’ajoutent Bourvil, Francis Blanche, Jacques Legras, Raphaël Delpard, etc.). Attention, joyau patrimonial.

La Traque de Serge Leroy (1975)
Entre horreur et tragédie, une œuvre «coup de poing» vivement déconseillée aux âmes sensibles, en dépit de son affiche étonnamment populaire: Jean-Pierre Marielle, Michel Robin, Jean-Luc Bideau, Michael Lonsdale, Michel Constantin. Comme un proche cousin de Dupont Lajoie (Yves Boisset, 1974)… Restauré en 4K, le film devrait (enfin) sortir cette année en DVD/Blu-ray chez Le Chat qui fume. Un véritable événement.

Moonraker de Lewis Gilbert (1979)
Parfois considéré – à tort – comme un des pires James Bond, Moonraker vaut tout de même son pesant de gadgets, grâce bien sûr à Roger Moore, plus déconnant que jamais, mais aussi grâce à Lonsdale, super méchant d’une monstruosité rare (prénommé Drax). En une réplique, il calme tout le monde: «Au commencement était le rêve, or le voici réalité. Ici, au sein immaculé du firmament, je vais créer une nouvelle super race, une race de spécimens physiquement parfaits. Vous avez été choisis pour être les géniteurs. Tel des dieux, vos fils vont pouvoir retourner sur la Terre et s’y reproduire à votre image. Vous avez tous servis à votre humble niveau dans mon empire terrestre. Votre semence et vous-même, vous porterez témoignage de l’ultime dynastie dont moi seul, je suis le créateur. Dès leurs premiers jours sur la Terre, vos descendants pourront lever les yeux en sachant que la loi et l’ordre règne dans les cieux.» En plus de ça, Drax fait partie de ceux qui serviront de référence à Mike Myers pour son interprétation – génialissime – du docteur Denfer au cœur de la saga Austin Powers. Classe.

Le Bon roi Dagobert de Dino Risi (1984)
Coluche, Michel Serrault, Ugo Tognazzi, Michael Lonsdale, Carole Bouquet, le tout sous la direction de Dino Risi: avec une telle affiche, on ne pouvait s’attendre qu’à une réussite de taille. C’est hélas tout l’inverse. Tellement mauvais, néanmoins, que cela en devient bon, comme le prétendent certains. Soit, du Chaos à l’état pur. Puis, avec un petit coup dans le pif, ça passe tout seul. (Ré)essayez, pour voir…

Ma Vie est un enfer de Josiane Balasko (1991)
Qui mieux que Michael Lonsdale pour interpréter l’archange Gabriel? Dans cette hilarante comédie – malheureusement quelque peu oubliée – de Josiane Balasko, l’acteur fait non seulement merveille (comme à chaque fois, ceci dit), mais apporte aussi une pointe de douceur entre deux séquences nettement plus «hard», durant lesquelles Richard Berry se fait par exemple sodomiser par une belle blonde, où un petit chien se transforme en horrible porc, et où la porte de l’appartement de Jean Benguigui chie d’interminables étrons. Qui donc prétend encore que le cinéma français c’est de la merde?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici